Le virus chikungunya sévit aux Antilles

Le chikungunya est une maladie virale transmise par les moustiques. Elle se manifeste par des épisodes de fièvre, de courbatures et de douleurs articulaires. Cette maladie a été décrite pour la première fois en Tanzanie en 1952.

Le chikungunya est endémique dans les îles du Pacifique, notamment dans les îles Fidji, Vanuatu, Samoa et Tonga.

Il y a eu des cas de transmission locale du virus à l’homme en Australie, aux Antilles françaises et à La Réunion.

Belasan Warga Diserang Penyakit Mirip Chikungunya | Liputan 6 Bali

Chikungunya en Martinique : les premiers cas confirmés sur l’île

L’épidémie de chikungunya, maladie transmise par un moustique a déjà touché plusieurs pays d’Europe et d’Amérique.

Le virus avait été mis en évidence en 2005 sur l’île antillaise de la Martinique. Des cas confirmés ont été recensés récemment en Guadeloupe. En effet, la maladie s’est propagée cette année aussi à la Réunion et à Mayotte, où le nombre de personnes affectées est passé de 2 000 à 5 000 depuis le mois de janvier.

L’inquiétude grandit autour du nombre croissant des cas signalés aux Antilles françaises, qui pourraient avoir atteint les 30 000. De ce fait, une zone d’exclusion sanitaire y a été décrétée afin de prévenir l’arrivée massive des touristes venus d’Europe continentale durant les vacances scolaires.

Le risque est que cette situation ne soit pas sans conséquence sur le tourisme local.

  • La Martinique connaît une augmentation du nombre de cas
  • Une zone d’exclusion sanitaire est appliquée

Chikungunya : l’épidémie en Guadeloupe et Martinique prend de l’ampleur

L’épidémie de chikungunya prend de l’ampleur en Guadeloupe et Martinique.

La semaine dernière, le nombre de cas a atteint un record historique. Selon l’Institut national de veille sanitaire (InVS), la Guadeloupe compte actuellement 8 000 cas confirmés, dont 1 300 hospitalisés pour une épidémie qui s’étend à toute la région. Une situation alarmante dans ces îles où le chikungunya est apparu en septembre dernier.

Le virus du chikungunya, transmis par un moustique-tigre (Aedes albopictus), s’attaque aux articulations des personnes infectées.

L’infection peut être très douloureuse et entraîner des complications importantes comme des troubles neurologiques ou des amputations chez les nourrissons touchés par la maladie au moment du passage de la moustique-tigre femelle.

Les spécialistes observent que cette épidémie est plus virulente que celles qui ont été déclarées auparavant : on constate une multiplication par 10 du nombre de cas quotidiens et par 20 du nombre total de cas depuis le début de l’année 2013. Aujourd’hui, les piqûres du moustique-tigre ne sont pas encore signalés dans toutes les communes touchées par l’infection. Cependant, il y a eu beaucoup moins d’appels au centre 15 qu’à Saint-Martin et Saint Barthélemy après le passage cyclonique Irma sur cet archipel français indique France TV infos. Par conséquent, il y aura bientôt moins d’appels pour ce virus.

Le chikungunya est une infection virale. Elle provoque chez certaines personnes des symptômes gri

Chikungunya aux Antilles : les premiers cas confirmés en Guyane

L’épidémie de chikungunya s’est déclarée en Martinique et en Guadeloupe, il y a un peu plus d’un mois.

Le virus s’est ensuite propagé à la Réunion, puis aux Antilles françaises.

Il y aurait des cas avérés de personnes contaminées par le virus du Chikungunya dans les Antilles françaises.

Lorsque l’on évoque cette maladie, on pense tout de suite au moustique tigre qui transmet la maladie. Ce n’est pas totalement faux, mais ce n’est pas toujours le cas. Si le chikungunya est essentiellement transmis par les moustiques Aedes albopictus ou Aedes aegypti (le moustique commun), il peut être contracté via les piqûres d’autres insectes comme certaines espèces de cafards et certains types de punaises. On retrouve notamment ces insectes autour des habitations et surtout près des déchets que l’on peut retrouver à proximité, comme les bouteilles vides ou encore les ordures en décomposition.

  • Des symptômes similaires à ceux de la grippe
  • Une fièvre intense qui apparaît brutalement
  • Un état grippal : courbatures intenses et douleurs articulaires

Chikungunya : l’épidémie fait rage aux Antilles

Le chikungunya est une maladie transmise par les moustiques. Cette infection peut se manifester par de fortes douleurs articulaires, des courbatures et des céphalées.

Il n’existe pas de traitement spécifique pour soigner cette maladie.

Le traitement repose sur les anti-inflammatoires et la prise en charge des symptômes.

La durée de l’infection dépend du type d’agent causal (virus ou bactérie) ainsi que de la réponse immunitaire de l’individu.

Les personnes qui ont été infectées plus tardivement ne guérissent pas forcément complètement avant le stade sévère.

Chikungunya : un cas confirmé en France métropolitaine

L’épidémie de chikungunya continue de se propager sur l’ensemble des territoires français métropolitains.

La Guadeloupe, la Martinique et la Guyane sont les dernières régions à avoir été touchées.

Les autres départements d’outre-mer ont quant à eux été placés depuis plusieurs mois en phase pré-épidémique. Pourquoi cette recrudescence ? Comment enrayer cette épidémie ? Le chikungunya est une maladie infectieuse due à un virus transmis par le moustique Aedes.

L’infection a lieu suite à un simple contact entre une personne infectée et une personne saine piquée par ce même insecte.

La transmission du virus peut également se faire par transfusion sanguine ou par voie transplacentaire (passage du virus dans le sang de la femme enceinte vers son fœtus). Cette maladie n’est pas mortelle, mais elle peut être très invalidante pour les patients concernés, notamment chez les personnes âgées ou immunodéprimés. Dans ce cas, il convient alors de consulter rapidement un médecin afin qu’il puisse mettre en place un traitement adapté.

Les symptômes ressentis peuvent apparaître entre 3 et 21 jours après l’infection et consistent principalement en douleurs articulaires intenses ou encore troubles neurologiques tels que des fourmillements au niveau des extrêmités (pieds, mains) ou encore des difficultés à marcher qui surviennent génralement chez les personnes atteintes d’arthrite polyarthritique chronique évolutive (APCE).

Il existe actuellement un vaccin capable de protéger contre cette maladie virale transmise par le moustique Aedes aegypti durant une piqû

Chikungunya : l’épidémie s’étend en Amérique Latine

Chikungunya : l’épidémie s’étend en Amérique Latine?

Chikungunya : plus de 100 000 cas confirmés aux Antilles

Le chikungunya fait des ravages aux Antilles. En janvier dernier, l’Institut de veille sanitaire (InVS) a annoncé avoir reçu plus de 100 000 signalements de cas suspects de chikungunya en Guadeloupe et Martinique. Selon les autorités, ces cas ont été confirmés par le Centre nationale des réseaux de santé publique (CNRP). Une nouvelle inquiétante alors que la saison des pluies et donc la prolifération du moustique tigre est à son comble.

Le virus se transmet par une piqûre d’insecte infectée ou d’une personne malade porteur du virus.

Les symptômes sont similaires à ceux d’une grippe : forte fièvre, douleurs musculaires et articulaires… Il n’existe pour l’instant pas de traitement spécifique contre le chikungunya.

La prise en charge repose sur un traitement symptomatique et un arrêt momentané des activités non indispensables.

Chikungunya : des milliers de cas enregistrés en France

Malgré les efforts de la recherche, le chikungunya reste une maladie difficile à comprendre. Cette infection est transmise par un moustique qui pique la nuit.

Le virus se répand dans l’organisme à l’occasion d’une piqûre et provoque des douleurs musculaires et articulaires intenses.

Il peut également s’agir d’une maladie chronique, c’est-à-dire qu’elle peut persister plus longtemps que prévu.

La principale cause de décès est liée à une complication pulmonaire du chikungunya.

Lorsqu’il est contracté, il n’existe pas de traitement spécifique pour soigner le chikungunya, car il a tendance à être assez bénin.

Les symptômes disparaissent généralement en moins de 10 jours, mais il faut toutefois s’assurer qu’ils ne reviennent pas ultérieurement puisque le virus peut persister dans l’organisme pendant plusieurs années. Pour remporter la guerre contre ce virus, certains pays ont mis en place des stratégies efficaces :

  • Lutter contre les moustiques
  • Rendre obligatoire les traitements anti-chikungunya

En conclusion, le chikungunya est une maladie qui se propage rapidement. Il faut donc faire attention à l’arrivée de ce virus et prendre les précautions nécessaires pour éviter de tomber malade.