La cognition et la conation : deux facettes de l’être humain

La connaissance et la volonté sont deux choses différentes.

La connaissance est une chose, la volonté en est une autre.

La connaissance est un savoir, la volonté est un choix.

La connaissance est une chose que nous pouvons acquérir par l’étude, le travail et la pratique, la volonté est quelque chose qui se développe grâce à notre propre expérience de vie. Nous allons voir çà de plus près dans les paragraphes ci-dessous.

44 – Qu'est ce que la métacognition ?

Sommaire

Les différences entre cognition et conation ;

Cognition et conation sont deux termes qui peuvent paraître similaires. Pourtant, ces deux mots ne font pas référence au même domaine. Si vous souhaitez en savoir davantage sur ces deux concepts, n’hésitez pas à consulter les différents articles que nous avons publiés sur le site.

L’inconscient cognitif ;

C’est quoi l’inconscient cognitif ?

La théorie de l’esprit ;

Les études réalisées montrent que la théorie de l’esprit est une caractéristique qui est présente chez un très grand nombre de personnes. Ces personnes ont tendance à être plus sensibles aux émotions des autres et sont plus aptes à comprendre les intentions des autres.

Les gens en possession d’une forte théorie de l’esprit auraient tendance à pouvoir se faire une idée du comportement d’autrui, même si cette personne ne peut pas le dire ouvertement. Cet avantage cognitif serait lié au fait que les participants possèdent un système émotionnel plus développé, ce qui leur permet de se projeter dans le comportement des autres et d’anticiper leurs réactions. En effet, ils sont capables de deviner ce qu’ils pensent des autres sans que ces derniers aient conscience qu’ils sont observés ou jugés. Une étude menée par Nelson 18, a montré que les individus ayant une forte théorie de l’esprit seraient capables de deviner le choix des participants pour toutes sortes d’expériences, y compris celles qui impliquaient un gain financier (par exemple, si on proposait à trois groupes différents une somme d’argent pour laquelle chacun pouvait choisir librement). Dans cette expérience, les participants étaient invités à choisir entre trois portefeuilles contenant respectivement 5%, 10% ou 20% de billets verts.

VOIR  Meilleure alimentation pour sportifs

Les sujets appartenant au premier groupe (ceux qui avaient la meilleure théorie) ont choisi celui correspondant à 10% alors que ceux du second groupe ont opté pour celui correspondant à 5%.

Les biais cognitifs ;

Les biais cognitifs sont des distorsions de la pensée.

Ils ont pour origine une forme d’ignorance ou des effets de mémoire.

Il existe différents types de biais cognitifs, qui peuvent être classés en trois catégories : les biais émotionnels, les biais perceptifs et les biais d’apprentissage.

Les biais émotionnels consistent à privilégier le point de vue des personnes qui nous ressemblent ou qui partagent nos opinions politiques ou religieuses, ce qui peut entraîner un manque d’objectivité et une tendance à l’exagération dans notre jugement sur un sujet donné.

Les biais perceptifs consistent à privilégier nos souvenirs plutôt que ceux que l’on aurait pu avoir si nous avions décidé de ne pas citer le souvenir présent comme argument principal. Ce type de biais intervient souvent lorsqu’on est confrontés à un choix difficile. Dans ces situations, il est possible que nous ayons tendance à privilégier le souvenir le plus récent plutôt qu’un autre souvenir qui serait plus ancien. Enfin, les biais d’apprentissage peuvent intervenir lorsque nous avons étudiés un sujet et quand nous devons faire face au même problème pour la première fois. Par exemple, si vous avez appris par cœur comment additionner 9 et 8 sans retenue, vos chances sont grandes pour que vous fassiez une erreur en additionnant 10 et 8 sans retenue ! Pour résumer, les erreurs liés aux distorsions cognitives se produise souvent parce qu’elles sont inconscientes ou parce qu’elles reposent sur des hypothèses fausses.THEM

L’apprentissage basé sur la cognition ;

L’apprentissage basé sur la cognition est un moyen d’enseignement qui met l’accent sur les connaissances et leur utilisation. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, il est important de connaître ses avantages et ses inconvénients.

VOIR  La goutte : une maladie très douloureuse

L’apprentissage basé sur la cognition peut être utilisé pour enseigner de nombreux concepts dans différents domaines, y compris l’anglais, l’histoire ou même les mathématiques.

Il a été démontré que cette méthode pouvait être efficace pour certaines personnes, notamment chez les apprenants ayant des difficultés d’apprentissage. Cependant, elle peut également présenter certains inconvénients, comme une perte de motivation ou un manque de réflexion personnelle quand il s’agit d’assimiler des informations compliquées. De plus, certains apprenants peuvent être rebutés par des leçons trop théoriques ou trop simples pour eux.

L’apprentissage basé sur la cognition n’est pas destinée à tout le monde et doit donc être adaptée au profil de chaque apprenant afin d’optimiser son efficacité.

La mémoire à long terme ;

La mémoire à long terme est une capacité de stockage de l’information. Elle peut être comparée à un disque dur dans lequel on stocke des informations pour les conserver sur le long terme. Cette mémoire se divise en plusieurs types :

  • La mémoire épisodique
  • La mémoire sémantique
  • La mémoire procédurale

La résolution de problèmes ;

Il est important de savoir que l’objectif de la résolution de problèmes est de mettre en œuvre les différentes étapes qui permettent d’aboutir à un résultat satisfaisant.

Il faut tout d’abord bien définir le problème et la solution envisagée. Ensuite, il faut analyser la situation pour mieux connaître ses causes et ses effets afin de pouvoir y remédier.

Il faut ensuite établir une stratégie pour pouvoir réaliser le projet, puis il faudra se concentrer sur chaque étape du projet, en procédant par ordre chronologique. Une bonne résolution de problèmes implique aussi d’être capable d’adopter une attitude positive vis-à-vis du problème et des solutions envisagées, car cela permet de garder le moral et d’avancer vers son objectif. Pour être efficace, il est important de prendre le temps nécessaire pour réfléchir à ce qu’on veut faire avant de passer à l’action.

  • La recherche préalable
  • L’analyse
  • La stratégie
  • Le planification des tâches
VOIR  La fièvre chez l'enfant : comment l'aider à se sentir mieux

La pensée critique

La pensée critique est une compétence importante dans la vie de tous les jours.

La pensée critique vous permet de prendre du recul par rapport à une situation et de l’analyser sous différents angles. Cela peut être utile pour toutes sortes d’activités, que ce soit à l’école ou au travail. Dans le monde du travail, la pensée critique vous aide à analyser les situations et les problèmes sous plusieurs angles différents. Cela vous permet d’avoir plusieurs points de vue sur un sujet donné, ce qui peut être très utile pour trouver des solutions aux problèmes rencontrés.

Votre esprit critique est également important lorsque vous étudiez des œuvres littéraires ou bien si vous regardez un film ou une émission de télévision. Enfin, cette compétence est essentielle pour développer votre sens critique dans votre quotidien personnel : choisissez les bons aliments, soyez plus attentif aux gens autour de vous et faites attention aux publicités que l’on voit chaque jour à la télévision ou sur Internet.

La connaissance, la compréhension et l’action sont des notions différentes. La connaissance est une donnée objective, qui peut-être mesurée par un test. La compréhension n’est pas mesurable mais elle est subjective et se manifeste par le ressenti. L’action est une décision humaine, elle peut être aussi bien positive que négative.