Quels sont les facteurs qui influencent le choix d’un antalgique

Le choix d’un antalgique est fait en fonction de la douleur ressentie par le patient. C’est l’élément central du traitement. En effet, il existe plusieurs types d’antalgiques : les antalgiques non opiacés (paracétamol, ibuprofène), les antalgiques opiacés (codéine, morphine) et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Il est important de bien choisir son antalgique en fonction de la douleur ressentie et de ses effets secondaires. Nous allons voir çà de plus près.

Les antalgiques

Quels sont les différents types d’antalgiques ?

La douleur est un phénomène naturel qui se manifeste lorsque les tissus subissent des dommages.

La douleur peut être physique ou psychologique. Elle est définie comme une sensation ressentie au niveau du corps et/ou de la tête. On distingue deux types d’antalgiques: Les antalgiques périphériques : Ils agissent sur les nerfs, leurs effets sont généralement immédiats et transitoires.

Les antalgiques centraux : Ils agissent directement sur le cerveau, ils ont donc un effet plus durable et global. Pour soulager la douleur, vous avez différentes solutions à votre disposition : La prise d’antidouleurs : Les antidouleurs sont des médicaments ayant pour objectif de réduire l’intensité de la douleur en bloquant les signaux transmis par le système nerveux central (système nerveux central). Cette action permet de diminuer les perceptions douloureuses mais ne supprime pas totalement la sensation de souffrance.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : Ce type d’anti-inflammatoire bloque également partiellement la transmission des signaux nociceptifs au cerveau.

Il est prescrit pour soulager rapidement une crise inflammatoire aiguë (exemple: courbatures) ou chronique (exemple: arthrite).

Pour quels types de douleurs sont-ils utilisés ?

Les antalgiques sont des médicaments qui permettent de réduire la douleur.

Ils sont utilisés pour traiter les douleurs modérées à intenses et peuvent aussi être utilisés pour soulager la fièvre.

Les antalgiques sont disponibles en différentes formes : comprimés, gels, patchs ou encore suppositoires.

Le patient doit prendre son antalgique au moment opportun, notamment lorsqu’il ressent une douleur intense pour éviter qu’elle ne se transforme en crise d’angoisse ou de panique. Dans tous les cas, il est important de respecter la posologie recommandée par le médecin et de ne pas dépasser les doses prescrites.

Il faut parfois adapter l’utilisation des antalgiques selon l’âge du patient et sa pathologie (ex : personnes âgées). En effet, certains médicaments peuvent avoir un effet nocif sur le fonctionnement du cœur chez certaines personnes et notamment chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque ou ayant eu un infarctus du myocarde récent.

Quelles sont les contre-indications à l’utilisation d’antalgiques ?

Les antalgiques sont des médicaments qui permettent de soulager la douleur.

Ils ont pour objectif d’atténuer les sensations désagréables ou les douleurs ressenties par le patient.

Les antalgiques peuvent être utilisés pour traiter différents types de pathologies, comme les états grippaux, les rhumatismes, l’arthrite, l’arthrose… Il existe plusieurs types d’antalgiques : – Les antalgiques non-opiacés : ce sont des médicaments qui agissent en bloquant la transmission du message de douleur au cerveau. Ils contiennent généralement du paracétamol (Doliprane©), de l’aspirine et des anti-inflammatoires tels que l’ibuprofène (Advil©) ou le kétoprofène (Ketum©). – Les antalgiques opiacés : ils agissent sur le système nerveux central et permettent d’obtenir une action analgésique plus rapide que celle obtenue avec un antalgique non opiacé.

Ils sont souvent prescrits à long terme afin de réduire la consommation d’autres analgésiques opiacés à action plus courte.

Quels effets secondaires peuvent apparaître avec l’utilisation d’antalgiques ?

Les antalgiques se répartissent en deux grandes familles : les AINS et les antalgiques non-stéroïdiens (A.N.S.).

Les principaux AINS sont l’ibuprofène, le kétoprofène, le diclofénac et le célécoxib.

Ils inhibent la production de prostaglandines qui participent à la douleur au niveau des vaisseaux sanguins par exemple, ou encore au niveau du système nerveux central (cerveau).

Leur utilisation peut entraîner plusieurs effets secondaires tels que des troubles digestifs (ulcère gastro-duodénal), des troubles cardio-vasculaires (hypertension artérielle) ou encore des troubles rénaux tels que l’insuffisance rénale aigüe. Ces molécules possèdent également un fort potentiel addictif. En cas d’utilisation prolongée, il est donc conseillé de réduire la posologie voire même de changer de traitement pour un autre antalgique moins puissant mais plus adapté à votre pathologie surtout si celui-ci est prescrit à long terme.

Faut-il avoir une ordonnance pour acheter des antalgiques ?

La vente d’antalgiques sur internet est autorisée en France, mais elle n’est pas encore très courante. En effet, les pharmacies ne sont pas tenues d’être présentes en ligne. Cependant, acheter des antalgiques par le biais du web permet de se procurer facilement et rapidement un produit qui peut être nécessaire pour soulager une douleur.

Il faut savoir que la vente d’antalgiques sur internet est autorisée en France, mais elle n’est pas encore très courante. En effet, les pharmacies ne sont pas tenues d’être présentes en ligne. Cependant, acheter des antalgiques par le biais du web permet de se procurer facilement et rapidement un produit qui peut être nécessaire pour soulager une douleur.

Quels sont les bienfaits des antalgiques ?

Les antalgiques sont des médicaments qui permettent de soulager la douleur. Ces derniers sont disponibles sous différentes formes : comprimés, gélules, crèmes, suppositoires et solutions buvables.

Ils peuvent être utilisés chez l’enfant comme chez l’adulte et agissent sur les causes de la douleur ou sur ses effets.

Les antalgiques permettent d’atténuer différents types de douleurs : douleurs musculaires, articulaires, vertébrales ou encore les migraines dues à un problème au niveau du système nerveux central.

Les antalgiques soulagent également les symptômes associés aux maladies inflammatoires (arthrites, tendinites…). Pour choisir le bon antalgique adapté à son cas particulier, il est important de connaitre le type de douleur dont on souffre afin de déterminer l’antidouleur adéquat.

Il faut savoir que certains médicaments ont une action pouvant être plus rapide que d’autres pour atténuer la sensation de douleur. Cependant, il ne faut pas prendre cette rapidité comme un critère primordial car elle peut engendrer des effets secondaires indésirables (nausée par exemple).

Il est donc important d’avoir recours à un traitement adapté à sa situation personnelle et aux symptômes ressentis.

Quels sont les inconvénients des antalgiques ?

Les antalgiques sont des médicaments utilisés pour soulager la douleur.

Ils permettent de réduire les symptômes associés à plusieurs maladies.

Il existe différents types d’antalgiques : les antalgiques pouvant être utilisés en automédication, ceux qui nécessitent une ordonnance et ceux qui sont délivrés sur prescription médicale.

Les antalgiques peuvent se présenter sous différentes formes, telles que les comprimés, les gels ou encore les patchs.

Ils peuvent être composés de principes actifs tels que l’aspirine, le paracétamol ou encore de substances narcotiques comme la morphine ou l’opium. Ce type de traitement soulage la douleur aigüe et chronique.

Il est particulièrement efficace contre la migraine et certaines douleurs rhumatismales, articulaires ou musculaires.

Les antalgiques peuvent également servir à traiter certains troubles du sommeil comme l’insomnie ou le syndrome des jambes sans repos (SJSR). Grâce à cette molécule, il est possible d’atténuer ces troubles.

Les facteurs qui influencent le choix d’un antalgique sont nombreux et différents en fonction de la pathologie à traiter. En effet, il est important de prendre en compte les caractéristiques du patient mais aussi sa pathologie, son âge, son mode de vie (activité professionnelle, sportive ou non), ses traitements médicamenteux en cours…