Pollution de l’air et santé

La pollution de l’air est un problème majeur de santé publique. Elle est responsable de plus de 7 millions de décès prématurés dans le monde chaque année.

La pollution atmosphérique est liée à la combustion des énergies fossiles et à la production industrielle. C’est une des principales causes de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) qui touche plus de 3,5 millions d’Américains et 1,3 million d’Européens.

La pollution atmosphérique peut avoir des effets négatifs sur la santé

La pollution atmosphérique peut avoir des effets négatifs sur la santé. Dans le monde, un milliard de personnes respirent un air pollué et plus de 3 millions d’enfants meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique.

La pollution atmosphérique est associée à une augmentation des maladies respiratoires chez les enfants, tels que l’asthme ou la bronchite chronique, et elle peut également entraîner une diminution du QI et augmenter le risque de décès précoce.

L’OMS estime que la pollution atmosphérique coûte 1 500 milliards d’euros par an à l’économie mondiale.

La pollution provient principalement des combustions incomplètes comme celles du bois ou du charbon, qui ne produisent pas suffisamment de gaz toxiques pour être détectés par les instruments traditionnels.

Les vieux pots d’échappement des voitures sont aussi responsables de nombreuses pollutions en raison des substances toxiques qu’ils émettent pendant leur fonctionnement normal.

La qualité de l’air dépend donc essentiellement du type et de la quantité de carburant brûlé, des activités humaines (industrie) et des conditions météorologiques.

  • Lorsqu’il y a un fort vent, les polluants se dispersent rapidement hors d’une zone polluée
  • Les particules fines ont tendance à rester en suspension au-dessus du sol.
  • De petites particules peuvent pénétrer profondément dans les poumons

La pollution de l’air peut causer des maladies respiratoires

La pollution de l’air peut être à l’origine de maladies respiratoires.

La pollution atmosphérique provoque des maladies respiratoires telles que l’asthme, la bronchite chronique et autres affections pulmonaires. En outre, les particules fines ont tendance à obstruer les poumons et empêchent le passage de l’oxygène dans le sang.

Les personnes qui souffrent déjà d’une affection pulmonaire sont plus susceptibles d’être touchées par cette pathologie. Certaines études montrent également un lien entre la pollution de l’air et certaines formes de cancer du poumon chez les adultes mais aucune preuve n’est encore disponible pour appuyer ce constat.

Lorsqu’il est question de pollution de l’air, il est important d’évaluer son exposition aux polluants atmosphériques en fonction des sources principales :

  • Le trafic routier
  • Les usines
  • Les centrales électriques

La pollution de l’air peut également aggraver les maladies respiratoires existantes

Oui, la pollution de l’air peut aggraver les maladies respiratoires existantes, par exemple la bronchite chronique.

La pollution de l’air est également un facteur aggravant de nombreuses maladies cardiovasculaires et respiratoires comme par exemple l’hypertension artérielle.

Le tabagisme est aussi associé à la fois aux maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Les polluants atmosphériques ont un effet sur le système immunitaire humain, ce qui peut être à l’origine d’une inflammation chronique des voies respiratoires. Une étude récente menée par le Dr David Henshaw au Royaume-Uni montre que les personnes souffrant d’une bronchite chronique sont plus susceptibles de contracter une infection pulmonaire si elles vivent près d’un axe routier très fréquenté où circulent chaque jour des millions de véhicules diesels (lire notre article).

La pollution de l’air peut avoir des effets sur le système immunitaire

La pollution de l’air peut avoir des effets sur le système immunitaire. En effet, les polluants de l’air peuvent être responsables d’un dérèglement du système immunitaire qui entraîne différents symptômes tels que toux, asthme et maux de tête.

Les personnes sensibles sont plus exposées aux risques de maladies respiratoires et cardiovasculaires.

L’OMS estime qu’environ 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique dont 3,2 millions à cause des maladies cardio-vasculaires et 6 millions à cause des cancers.

La pollution atmosphérique est un problème majeur pour la planète en général, mais aussi pour les pays en voie de développement où la population devient majoritairement urbaine.

La pollution atmosphérique se définit comme étant une altération des propriétés physico-chimiques de l’atmosphère due aux activités humaines (industrie, transports..). Elle représente un facteur important dans le changement climatique global qui affecte notre planète.

La pollution atmosphérique peut causer des cancers

La pollution atmosphérique peut être à l’origine de maladies pulmonaires, telles que l’asthme, et des décès prématurés.

Il s’agit d’un problème mondial qui affecte les personnes de tout âge.

La pollution peut entraîner une augmentation des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux chez les jeunes, ainsi que le développement d’infections respiratoires chez les enfants. En outre, la pollution atmosphérique est un facteur important du réchauffement climatique global et constitue un élément clé du changement climatique.

La pollution de l’air est particulièrement préoccupante dans les pays où la qualité de l’air n’est pas suffisamment contrôlée.

Les principales sources de pollution de l’air sont :

  • Les vieilles voitures
  • Les gaz d’échappements
  • Le chauffage au bois

La pollution atmosphérique peut entraîner des troubles du sommeil

La pollution atmosphérique peut entraîner des troubles du sommeil.

L’exposition à la pollution de l’air extérieur (dioxyde d’azote et particules fines) a un impact sur le sommeil, notamment chez les enfants et les personnes âgées.

Les symptômes sont divers : maux de tête, fatigue, irritabilité… Une étude menée à Paris indique que plus une personne est exposée à la pollution de l’air extérieur pendant son sommeil, plus elle est susceptible de se réveiller durant la nuit. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces troubles du sommeil induits par des pics de pollution atmosphérique. Dans une étude publiée en novembre 2016 dans la revue Environment International, une équipe de chercheurs français a analysé l’impact d’une exposition prolongée aux polluants sur le sommeil des habitants d’une ville européenne (Paris).

Ils ont évalué le nombre d’enfants qui se sont réveillés durant la nuit pour aller à l’hôpital ou chez un médecin après avoir respiré pendant au moins 30 minutes un air dépassant les normes autorisés par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) concernant le dioxyde d’azote (NO2).

La conclusion est sans appel : plus il y a eu des pics importants de pollution atmosphèrique au cours du mois précédent, plus grandes sont les chances que les enfants se soient retrouvés à passer une journée entière au lit suite à un problème pulmonaire liés aux particules fines PM10 (plus petites que 10 microns).

Les chercheurs ont constatés qu’un jour sur trois correspondait à ce type d’incidence hospitalière.

La pollution atmosphérique peut provoquer des maux de tête

La pollution atmosphérique est une pollution qui peut provoquer des maux de tête.

Les particules fines, les oxydes d’azote et les gaz sont parmi les principaux polluants environnementaux.

La pollution atmosphérique peut aussi entraîner des troubles respiratoires et cardiaques. Elle peut également être nocive pour la santé mentale, notamment chez la population jeune.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le tabagisme passif est responsable de 600 000 décès par an dans le monde, dont 50 % seraient imputables à la pollution atmosphérique. Selon l’Institut national de veille sanitaire (InVS), l’exposition aux polluants liés au trafic routier serait responsable chaque année en France de 48 000 décès prématurés (avant 65 ans). Enfin, l’OMS estime que la pollution atmosphérique coûte à l’ensemble des pays industrialisés plusieurs centaines de milliards d’euros par an en raison du recours accru à des traitements médicamenteux ou chirurgicaux pour réduire les effets sur la santé liés aux particules fines.

La pollution atmosphérique peut avoir des effets négatifs sur la santé mentale

Les études montrent qu’une exposition prolongée à la pollution atmosphérique, par exemple dans les villes polluées, peut avoir un effet négatif sur la santé mentale.

La pollution de l’air est aujourd’hui considérée comme une maladie environnementale majeure. Elle peut provoquer des troubles respiratoires et cardiovasculaires qui affectent notre bien-être physique. Ces problèmes peuvent être graves pour le système immunitaire et entraîner des anomalies congénitales. Par ailleurs, la pollution de l’air rend les gens plus sensibles aux virus hivernaux comme le rhume ou la grippe, ce qui augmente le risque d’hospitalisation et de décès pendant cette période. Une autre recherche menée par l’American Heart Association indique que les personnes souffrant d’asthme ou de maladies pulmonaires chroniques présentent un risque accru de souffrir d’une dépression sévère si elles vivent dans une zone fortement exposée à la pollution atmosphérique (source). Cependant, on ne sait pas encore exactement comment cela se produit.

Il y a quelques années encore, on pensait que les personnes vivant à proximité immédiate des sites industriels étaient exposés à un risque accru de maladie mentale. Aujourd’hui, on sait que cette idée est fausse.

Les résultats publiés récemment suggèrent que même une exposition indirecte à certains types de contaminants peut influencer notre bien-être mental (source).

15 minutes pour comprendre facilement la pollution de l'air

La pollution de l’air est un sujet qui peut paraître difficile à cerner. En effet, on ne sait pas toujours ce que l’on doit prendre en compte. Il faut donc savoir définir les différents polluants et leurs effets sur la santé. Les polluants atmosphériques sont des particules en suspension dans l’air.