Paludisme : causes, symptômes et traitement

Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par des moustiques qui sévit principalement en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

Le parasite responsable de la maladie est le Plasmodium falciparum.

Il existe plusieurs types de paludisme : le paludisme à Plasmodium falciparum, le paludisme à Plasmodium vivax, le paludisme à Plasmodium malariae et le paludisme à Plasmodium ovale. Nous allons voir çà de plus près dans cet article.

Physiopathologie du Paludisme: Cycle de vie du parasite et Symptomes Cours des maladies infectieuses

Définition du paludisme ou malaria

La malaria est une infection parasitaire causée par un protozoaire, le Plasmodium. Cette maladie pouvant être mortelle si elle n’est pas traitée rapidement peut se transmettre par la piqûre de moustiques Anopheles femelles infectés.

Les symptômes de cette maladie sont des céphalées, des frissons, et des douleurs musculaires et articulaires qui peuvent être intenses. Ce sont souvent les enfants qui en meurent le plus souvent à cause d’une anémie importante consécutive à une infection chronique.

L’infection se transmet par la piqûre de moustiques Anopheles femelles infectés. Ces derniers peuvent pondre près de 200 œufs au cours de leur vie durant laquelle ils doivent survivre dans l’environnement ambiant (air, eau, sol). Une fois que ces moustiques ont atteint l’âge adulte ou quand ils sortent de leur rafraîchissement hivernal, ils chercheront à se reproduire pour assurer la continuité de l’espèce.

Ils iront alors piquer les humains pour trouver un hôte potentiel afin de s’accoupler et ainsi transmettre l’infection parasitaire à ce dernier.

Symptômes du paludisme

Les symptômes du paludisme sont variables.

Ils dépendent de l’espèce de parasite qui a provoqué la maladie. En général, les symptômes se manifestent par une fièvre élevée, des maux de tête et des douleurs musculaires qui peuvent même causer des nausées.

Les personnes atteintes du paludisme peuvent également souffrir d’une augmentation de la fréquence cardiaque, d’une fatigue extrême ou d’une perte d’appétit. Dans certains cas, le paludisme peut même entraîner une complication grave pouvant conduire à la mort.

Le diagnostic est souvent simple grâce à un test sanguin ou une analyse microscopique. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que le traitement soit facile à administrer.

Le paludisme est l’un des problèmes de santé publique les plus courants en Afrique et il est important de savoir reconnaître les symptômes et comment prendre en charge le patient afin qu’il puisse guérir rapidement et sans complications.

  • La fièvre
  • La fatigue
  • La confusion mentale
  • Des douleurs musculaires

Facteurs de risque du paludisme

Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par le moustique qui se manifeste par des fièvres intermittentes. Cette maladie est présente dans les régions tropicales et subtropicales de la planète, notamment en Afrique où elle constitue un fléau majeur. En Afrique subsaharienne, on compte chaque année un million de décès dont 90 % sont causés par le paludisme chez les enfants de moins de 5 ans.

La transmission du parasite Plasmodium falciparum est favorisée par l’accroissement des populations humaines et animales dans les zones rurales pauvres, avec des conditions sanitaires inadaptées (absence d’hygiène).

Les principaux vecteurs du parasite Plasmodium sont : Anophèles femelles (moustique), Anopheles gambiae (moustique du genre Anopheles) et Anopheles funestus (moustique du genre Anopheles).

Les symptômes du paludisme se manifestent par une forte fièvre, des éruptions cutanées sur tout le corps et des troubles digestifs. D’autres symptômes peuvent apparaître comme des maux de tête violents, une fatigue intense ou encore une diarrhée importante.

Il y a quelques années à peine, le paludisme était l’une des maladies responsables d’un fort taux de mortalité infantile ; actuellement c’est l’une des causes principales de décès chez les jeunes enfants. Pourquoi donner la priorité au traitement antipaludique ? Le traitement antipaludique constitue la pierre angulaire pour combattre efficacement ce fléau mondial qu’est le paludisme.

Prévention du paludisme

Le paludisme est une maladie parasitaire mortelle qui se transmet à l’homme par la piqûre de certaines espèces de moustiques.

Le paludisme est un fléau pour les pays en développement, notamment en Afrique sub-saharienne où il tue près d’un million de personnes chaque année, principalement des jeunes enfants et des femmes enceintes. Environ 90% des cas sont recensés au cours du mois d’août, ce qui coïncide avec la saison des pluies dans cette partie du continent.

Les symptômes sont très variables et peuvent aller d’une simple fièvre à une grave anémie.

Lorsqu’il n’est pas traité rapidement, le paludisme peut entraîner le décès du patient.

L’OMS a donc lancé l’initiative «Zéro Paludisme» afin de diminuer le nombre de cas et même faire disparaître cette maladie dans certains pays. Pour y arriver, les gouvernements doivent investir massivement dans la prévention du paludisme et renforcer les mesures de surveillance épidémiologique.

La prise de conscience collective est également un facteur important pour réduire ce fléau.

Les gouvernements doivent également mettre sur pied des programmes adaptés aux besoins spécifiques des populations concernées pour limiter le risque de contracter le parasite responsable du paludisme.

  • Les moustiquaires imprégnés
  • L’assainissement
  • La distribution gratuite de moustiquaires imprégnés chez les populations à risque

Le paludisme en Afrique

L’Afrique est l’une des régions du monde les plus touchées par le paludisme. Cette maladie parasitaire a un impact considérable sur la santé des populations vivant dans les zones touchées.

Le paludisme tue chaque année environ 1 million de personnes en Afrique subsaharienne, soit près de 15 % de la mortalité infantile et maternelle dans le monde. Dans certains pays africains, le taux d’infection atteint jusqu’à 80 % de la population. Ce fléau provient essentiellement du moustique Anopheles gambiae, qui propage le parasite Plasmodium falciparum, à l’origine de cet état pathologique qu’est le paludisme .

Il existe principalement trois types de parasites responsables du paludisme :

  • Plasmodium falciparum (90% des cas),
  • Plasmodium vivax (10% des cas)

Le paludisme et les femmes enceintes

Plus d’un demi-million de femmes enceintes sont exposées au paludisme. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, ce risque est élevé chez les femmes qui vivent près de cours d’eau, et chez celles qui voyagent pendant la saison des pluies.

Les effets néfastes du paludisme sur les femmes enceintes peuvent être graves et même mortels pour le fœtus.

Le paludisme peut entraîner une anémie, une hémorragie, une inflammation du placenta (précédant l’accouchement) et un accouchement prématuré.

Il existe plusieurs moyens de se protéger du paludisme et des infections parasitaires :

  • Se faire vacciner contre le paludisme
  • Utiliser des insecticides
  • Protection contre les piqûres de moustique

Le paludisme et les enfants

Le paludisme est une maladie qui se transmet par la piqûre de certaines espèces de moustiques. Elle peut entraîner des complications et même la mort, notamment chez les enfants.

Les symptômes du paludisme sont :

  • La fièvre
  • Les céphalées
  • Les étourdissements

Traitement du paludisme

La malaria est une maladie parasitaire causée par un Plasmodium qui se transmet par la piqûre du moustique Anopheles. Dans les pays en développement, la malaria provoque chaque année plus de 800 000 décès chez les enfants de moins de 5 ans.

La prévention et le traitement des cas sont donc primordiaux pour réduire l’impact négatif sur la santé publique.

Il existe différents traitements antipaludiques disponibles sur le marché, et il est important de bien choisir celui qui convient à votre budget et à vos besoins médicaux. Plusieurs facteurs peuvent influencer le choix d’un antipaludique :

  • La gravité du paludisme
  • L’âge du patient
  • Le type de parasite (P. falciparum ou P. vivax)

Le paludisme est une maladie infectieuse due à un parasite du genre Plasmodium. Le parasite pénètre dans le corps humain par la piqûre d’un moustique femelle infecté. Il se multiplie ensuite dans le foie et les globules rouges, puis envahit les cellules nerveuses de l’organisme pour s’y reproduire et provoquer des crises de fièvre.