Les personnes vulnérables et la Haute Autorité de Santé.

La Haute Autorité de Santé (HAS) est une autorité publique indépendante chargée de donner des avis sur les produits de santé et leur bon usage. Elle évalue toutes les activités et interventions de santé, ainsi que la qualité des soins et services.

La HAS est l’autorité nationale compétente en matière d’évaluation des pratiques professionnelles et de recommandations. Elle a pour mission d’améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients, en particulier pour les plus fragiles : personnes âgées, personnes handicapées ou malades chroniques.

Santé – Homéopathie, on fait le point !

Les personnes vulnérables face aux inégalités en matière de santé

La santé est un domaine qui a toujours été au cœur de l’activité humaine, car elle est indispensable à la vie et conditionne notre bonheur. Pour éviter les inégalités en matière de santé, il faut donc se pencher sur les différentes possibilités qui existent pour améliorer le système de soins.

Les solutions existantes ? Il y a plusieurs solutions pour améliorer le système de soins, mais elles ne conviennent pas à tout le monde. En effet, certaines personnes n’ont pas les moyens financiers ou techniques d’accéder à des traitements et des services spécialisés. Dans ce cas-là, ils doivent accepter cette situation et apprendre à vivre avec elle.

Le système de soins public reste la meilleure solution pour ceux qui n’ont pas les moyens financiers ou techniques d’accéder aux traitements et aux services spécialisés. Si vous avez une assurance maladie privée, vous pouvez demander une aide financière supplétive afin d’obtenir des services spécialisés sans devoir payer un prix excessif (par exemple : psychologue).

Vous pouvez également faire appel aux réseaux de solidarité (ex : Croix Rouge) afin d’acheter certains produits (par exemple : produits alimentaires).

Les associations caritatives peuvent parfois organiser des collectes pour financer certains projets. Enfin, si votre état ne requiert aucune intervention urgente, vous pouvez envisager un retour au travail progressivement afin que votre employeur puisse suivre votre progression et adapter son poste en conséquence.

La haute autorité de santé et la protection des personnes vulnérables

La haute autorité de santé (HAS) est une instance administrative placée auprès du ministre chargé de la Santé. Elle a pour mission d’améliorer la qualité des soins et la pertinence des actes, et donc de participer à l’efficience du système de santé.

La HAS joue un rôle majeur dans le contrôle, le suivi et l’accréditation des professionnels de santé. Par son action, elle contribue également à améliorer les conditions d’exercice des professions médicales et paramédicales. Pour accomplir sa mission, elle peut émettre des recommandations aux pouvoirs publics ou procéder directement à une certification des établissements sanitaires ou médico-sociaux.

La HAS peut également être saisie par les usagers ou les organisations représentatives afin que ces derniers puissent exprimer leurs attentes sur certains aspects liés à l’offre de soins.

Les personnes vulnérables et l’accès aux soins

L’accès aux soins pour les personnes vulnérables est un enjeu majeur de santé publique. En effet, on estime qu’au moins 15% des décès sont dus à des maladies qui auraient pu être prévenues ou traitées si les personnes concernées avaient eu accès aux services de base. Cela signifie que la mortalité évitable a augmenté de façon significative depuis 2000, date du premier rapport mondial sur la question. Ce document estime que plus de 2,3 millions de décès (principalement par maladies cardiaques et respiratoires) ont été évités chaque année entre 2000 et 2013 grâce à l’amélioration de l’accès aux services essentiels : soins primaires, traitement antirétroviral, nutrition et eau potable.

L’OMS considère que le renforcement des systèmes sanitaires nationaux doit faire partie intégrante des programmes nationaux de développement et peut être facilité par le biais d’une mobilisation accrue autour du droit fondamental à la santé. En effet, selon le rapport « Rendre accessibles les soins essentiels », lorsqu’il existe une volonté politique forte pour amener les gens vers un système sanitaire efficace au niveau national, il devient possible d’intensifier cette dynamique en faveur du droit fondamental à la santé.

  • Même si cela n’est pas facile, il y a encore beaucoup d’efforts possibles sur le plan politique.
  • Les gouvernements doivent mettre en place des systèmes sanitaires solides afin qu’ils soient capables d’apporter une réponse ad hoc face aux crises sanitaires.

Les personnes vulnérables et la lutte contre les discriminations en matière de santé

Les personnes vulnérables et la lutte contre les discriminations en matière de santé? Dans un monde où le droit à la santé est une valeur importante, il semble nécessaire de prendre des mesures pour garantir l’accès aux soins des personnes en situation de handicap. Certains pays ont décidé d’agir et mis en place des politiques publiques de prise en charge du handicap.

Les pays qui ont mis en place ces politiques publiques semblent être ceux qui ont pu réduire les inégalités sociales et sociétales liées au handicap. En effet, ces politiques visent à promouvoir l’inclusion sociale des personnes vulnérables, notamment celles en situation de handicap. Elles encouragent également la création d’emplois pour les individus ayant un faible revenu, ainsi que la possibilité d’apporter une contribution financière à leurs familles. Ces politiques permettent donc aux individus vulnérables d’avoir accès aux soins dont ils ont besoin afin de faire valoir leurs droits fondamentaux. Ces mesures peuvent concerner différents domaines tels que :

  • Le respect des normes internationales
  • La reconnaissance juridique du statut de personne handicapée

Les personnes vulnérables et les risques de maltraitance

Les personnes vulnérables et les risques de maltraitance ? Selon l’Organisation mondiale de la santé, la maltraitance est définie comme tout acte ou omission commis par une personne, qui cause du tort à autrui.

La maltraitance peut être physique ou psychologique.

Les enfants, les personnes âgées, les malades mentaux et les handicapés font partie des plus exposés aux risques de maltraitance.

La violence domestique est un type particulier de maltraitance ; elle touche principalement les femmes et elle se produit au sein du foyer. Elle est généralement associée au mariage forcé, au viol conjugal et à la violence entre époux.

Le fait d’être victime de violence domestique est souvent associé à une mauvaise santé mentale et physique.

L’OMS recommande que chaque État membre adopte une approche globale pour lutter contre la violence domestique afin de protéger tous ceux qui en sont victimes.

Les personnes vulnérables et la promotion de la santé

Les personnes vulnérables sont souvent à la recherche d’un équilibre entre vie professionnelle, vie personnelle et bonne santé.

Les individus ont besoin de se sentir utiles et de se sentir bien dans leur peau pour pouvoir développer leurs capacités et avoir une meilleure qualité de vie.

La promotion de la santé est un sujet qui préoccupe toute la société actuelle, car cela implique l’amélioration du bien-être des individus, grâce à une alimentation plus saine, moins riche en sucres et en graisses saturées, mais aussi grâce au fait qu’ils puissent maintenir ou augmenter leurs activités physiques.

La promotion de la santé permet notamment d’encourager les individus à adopter des comportements favorables à leur santé. En prenant conscience que les habitudes alimentaires et physiques ont un impact direct sur leur état général, ils auront tendance à mieux manger et faire plus d’exercice.

Les personnes vulnérables et la prévention des maladies

La santé est un domaine important pour les personnes âgées. De plus, c’est une préoccupation majeure dans la vie de chacun. Ainsi, il est primordial que chaque individu prenne soin de sa santé.

Il faut savoir qu’il existe différents types de dépenses liés à la santé et qu’il est possible de les réduire en adoptant des comportements responsables et en ayant recours aux bonnes pratiques.

Le coût des soins médicaux augmente au fil du temps et peut représenter une part considérable du budget des ménages, ce qui peut avoir un impact négatif sur leur qualité de vie. En France, le taux d’accès à l’assurance maladie complémentaire se situe entre 45% et 55%.

Les prestations sociales ne couvrent pas totalement les dépenses liées aux frais médicaux ou dentaires, alors que celles-ci peuvent représenter jusqu’à 80% des revenus pour certains ménages. Par ailleurs, le reste à charge (les frais non remboursés par l’Assurance Maladie) atteint 20% des revenus pour les personnes ayant une mutuelle souscrite hors établissement (contre 15% pour celles ayant été affiliée dans un établissement).

Les personnes vulnérables et l’amélioration des soins de santé

Les personnes vulnérables sont celles dont la santé est défaillante, qui nécessitent des soins de longue durée ou qui ont besoin d’assistance à domicile.

Les personnes âgées représentent environ 50% de cette population.

La plupart des personnes vulnérables vivent dans une maison de retraite médicalisée ou dans un établissement de soins infirmiers. D’autres peuvent vivre chez elles, mais leur état ne requiert pas des soins quotidiens et ils ne bénéficient donc pas toujours des services dont ils ont besoin pour rester indépendants à la maison.

L’amélioration du système de santé offre aux personnes âgées et aux personnes handicapées plus d’options en matière de choix en ce qui concerne l’endroit où elles veulent vivre, et les options qu’elles souhaiteraient avoir pour rester indépendantes à leur domicile.

Il est important que les gouvernements investissent tôt dans les services de soutien communautaire pour que les aînés puissent continuer à profiter des activités qui leur sont chères sans avoir à quitter leur milieu familial ni se déplacer vers un hôpital, une institution ou une maison de retraite médicalisée. Pour tirer profit au maximum du système actuel, il faut aménager un milieu de vie inclusif et flexible afin que les gens puissent passer facilement d’un mode autonome à un mode assistanciel si nous souhaitons réduire l’incidence du phénomène du « grignotage » (le passage progressif entre la prise en charge par une famille naturelle au lieu du maintien à domicile).

L’idée de créer une Haute Autorité Santé (HAS) est une idée intéressante, mais elle ne fait pas l’unanimité. La HAS devrait être obligatoirement composée de professionnels de santé et d’associations de patients. L’indépendance des experts devra être garantie.