Les moustiques et les maladies qu’ils transmettent en Afrique.

Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par les moustiques.

Il s’agit d’une maladie grave qui peut être mortelle et qui touche principalement les personnes vivant en Afrique. Cette maladie est causée par un parasite appelé Plasmodium, qui se transmet à l’homme par la piqûre d’un moustique femelle infecté. Ce parasite peut être transmis par le sang ou par le placenta de la femme enceinte.

Le paludisme est particulièrement dangereux pour les femmes enceintes et les nouveau-nés.

FIÈVRE EN ZONE TROPICALE (origine virale)

La maladie du sommeil

L’infection du paludisme est une maladie parasitaire qui sévit dans les régions tropicales et subtropicales. Cette infection se propage par des moustiques infectés qui piquent la nuit, notamment entre le coucher et le lever du soleil.

Les symptômes de l’infection du paludisme sont une forte fièvre, des maux de tête intenses et des vomissements.

L’infection peut également être accompagnée d’une anémie et d’un manque d’appétit.

La maladie peut aussi être grave pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli, car ils risquent de développer une forme grave de la maladie.

Le traitement recommandé est un traitement à base de chloroquine ou d’autres médicaments antipaludéens spécifiques.

Il faut savoir que ce type de traitement est très efficace pour combattre le paludisme, mais qu’il ne dispense pas en revanche d’un vaccin contre cette maladie parasitaire qui touche près de 200 millions de personnes chaque année.

La malaria

La malaria, ou paludisme peut être prévenue par la vaccination.

Les personnes habituellement atteintes sont les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes.

Le vaccin est injecté par voie intramusculaire, dans le muscle deltoïde (le bras).

Il faut généralement 2 injections espacées d’un mois pour être immunisé.

Les symptômes de la maladie sont des maux de tête, des nausées et des vomissements et une forte fièvre.

La malaria peut tuer rapidement si elle n’est pas traitée à temps. Pour éviter l’infection il faut donc se protéger contre les piqûres de moustique; ceci avec un répulsif cutané, notamment avant d’entrer dans la zone à risque (régions tropicales) ou porter des vêtements longs couverts (imprérésivibles).

La fièvre jaune

La fièvre jaune est une maladie grave qui peut être mortelle. C’est pourquoi ce vaccin a été mis au point.

La fièvre jaune est une maladie transmise par le moustique tigre, un petit insecte qui pique surtout la nuit. Ce sont les personnes qui vivent dans des pays tropicaux où se propage cette maladie qui sont les plus à risque de contracter cette maladie. Dans les zones tempérés, elle touche essentiellement des voyageurs venant de régions tropicales et ayant eu un contact avec un moustique infecté.

La fièvre jaune peut parfois atteindre des personnes ayant simplement visité l’un de ces pays à risque sans avoir eu de contact direct avec un moustique infecté (exemple : vacances en Afrique).

Le virus peut également se transmettre par transfusion sanguine ou transplantation d’organe. Environ 80 000 personnes meurent chaque année du paludisme, soit près d’un décès sur 10 en Afrique subsaharienne.

Le chikungunya

Le chikungunya est une maladie virale transmise par des moustiques, qui se propage vite dans l’océan Indien et les pays tropicaux. Elle peut causer de graves problèmes de santé au niveau de la colonne vertébrale et au système nerveux. En Asie du Sud-Est, la maladie a fait plus de 200 000 victimes en 2005.

Le virus apparu à La Réunion en 2006 s’est ensuite répandu dans le sud-ouest de l’océan Indien (Madagascar, Comores) et aux Antilles françaises.

Il a été importé accidentellement par les essaims de moustiques qui circulent entre ces îles et l’île Maurice.

Les touristes venus des régions touchées par le chikungunya ou qui ont séjourné dans des zones où circule activement le virus pendant plusieurs jours représentent un risque important pour les voyageurs revenant sur le continent africain ou européen.

Le chikungunya peut provoquer une douleur intense au niveau des articulations, causée par une inflammation des articulations du genou, de la cheville, du poignet ou encore du coude ; elle peut également induire un gonflement au niveau des doigts et des orteils pouvant être très invalidant pour la personne atteinte.

Les symptômes débutent généralement six à douze jours après avoir été infectés par le virus : fièvre élevée (39 °C), douleurs musculaires intenses, courbatures et maux de tête violents ; puis surviennent une rougeur cutanée autour du site d’injection ainsi que dans la zone située entre les omoplates (« zona »).

Le traitement consiste principalement à atténuer les symptômes : application locale d’une crè

La dengue

La dengue est une maladie virale transmise par les moustiques qui s’attaque particulièrement au système nerveux. Elle se manifeste par des épisodes de fièvre, de maux de tête et des douleurs articulaires.

Les symptômes peuvent être graves, voire mortels.

La dengue est endémique en Afrique subsaharienne et en Amérique latine. Selon l’OMS, la dengue toucherait chaque année entre 50 et 100 millions de personnes sur le continent africain et entre 1 à 2% de la population mondiale. En Asie du Sud-Est, elle fait plus de 500 000 victimes par an.

La région où l’on trouve le plus grand nombre de cas est constituée des pays membres du programme « Roll Back Malaria » (RBM). Ces pays sont : Vietnam, Thaïlande, Cambodge, Laos, Philippines et Indonésie.

Le zika

Le zika, une maladie transmise par le moustique Aedes aegypti, qui se transmet essentiellement par la piqûre du moustique.

Le virus zika est endémique dans les départements français d’Amérique (Martinique et Guadeloupe) où il circule depuis fin 2015. En 2016, une épidémie de microcéphalies chez des nouveau-nés contaminés in utero a été signalée en Martinique.

La région Paca est particulièrement touchée.

Les autorités sanitaires françaises ont mis en place un dispositif pour informer et protéger les femmes enceintes et leur entourage contre cette maladie.

  • La mise à disposition de tests rapides de diagnostic
  • L’information des personnes voyageant dans les zones à risque ou y ayant séjourné
  • Des mesures de protection collective telles que l’utilisation de moustiquaires imprégnées d’insecticide

La filariose

La paludisme est une maladie à transmission vectorielle qui se manifeste par des manifestations cliniques graves. Cette maladie concerne plus de 3,5 milliards de personnes dans le monde et environ 600 millions de cas sont recensés chaque année.

Les zones tropicales sont les régions les plus touchées par la filariose. En effet, cette maladie parasitaire est due à l’infestation par un ver nommé filaire (Culicidae). Ces vers femelles pondent leurs oeufs dans les tissus humains qui provoquent des inflammations cutanées au niveau du cuir chevelu appelée « cruris ».

Il existe trois types de filaires : – La filaire africaine (Filaria) – La filaire asiatique (Brugia) – La filaire américaine (Loa Loa) Pour cela, il faut savoir que la transmission entre hommes et animaux se fait via l’ingestion de larves provenant des piqûres de moustiques Anopheles gambiae et Anopheles stephensi.

Les vecteurs principaux sont : Le moustique Anopheles arabiensis et Aedes aegypti pour la filaire africaine ; Le moustique Aedes albopictus pour la filaire asiatique ; Le moustique Culex pipiens pour la filaire américaine.

La trypanosomose

Paludisme: La trypanosomose?

En conclusion, nous avons vu que le paludisme est une maladie africaine transmise par les moustiques. Ces derniers sont infectés par des parasites qui se développent dans leur organisme et provoquent des symptômes chez l’homme. Les moustiques femelles pondent leurs œufs dans l’eau stagnante où ils vivent et cela permet à leurs larves de se nourrir du sang humain.