Le confinement du singe variole : quels sont les risques

La variole du singe est une maladie virale qui touche les primates. Elle se transmet par contact direct avec des animaux infectés, ou par l’intermédiaire d’objets contaminés (tissus, vêtements, etc.).

La maladie peut être mortelle pour l’homme.

Le virus de la variole du singe est très contagieux et se propage rapidement dans les populations.

Il n’existe pas de traitement spécifique contre cette maladie. Cependant, il existe un vaccin efficace qui permet de prévenir l’infection.

Variole du singe : transmission, risque, contagiosité, contamination sexuelle…

La variole du singe est une maladie virale à transmission interhumaine potentielle

La variole du singe (ou maladie de Besnier-Boeck) est une maladie virale à transmission interhumaine potentielle qui se manifeste surtout chez l’homme.

Les primates peuvent facilement la transmettre aux humains par contact direct. Cette maladie contagieuse provoque de fortes fièvres, des éruptions cutanées et des ulcères très profonds sur tout le corps. Elle peut aussi entraîner une défaillance rénale sévère.

La variole du singe est causée par un virus très proche de celui de la variole humaine ou cowdriose, mais n’est pas transmissible d’un humain à l’autre, comme celle-ci l’est. Par contre, elle peut être présente dans les populations animales et avoir été introduite accidentellement vers 1930 en Afrique par contamination d’animaux en provenance du Maroc infectés durant un voyage en bateau reliant Casablanca au Gabon. Au cours du XXe siècle, le virus s’est propagé à travers le monde grâce aux transports maritimes: il a notamment touché l’Asie et l’Europe occidentale dans les années 1970 et 1980 respectivement, puis a réapparu en Russie vers 1991 pour finalement atteindre presque tous les pays riches au milieu des années 1990; actuellement on observe son extension depuis plus récemment quelques pays d’Afrique subsaharienne.

La variole du singe est une maladie grave pouvant entraîner la mort

La variole du singe est une maladie virale qui touche principalement les primates. Cette maladie est causée par un virus de la famille des Poxviridés. Elle se transmet par contact direct avec les animaux infectés, notamment à l’occasion de câlins ou de caresses entre congénères. On peut également attraper cette maladie en touchant une surface contaminée (chiot) et en portant ses mains au visage (personne âgée). Enfin, le virus peut être transmis par d’autres personnes comme les soignants ou encore les employés ayant travaillé sur des animaux atteints de la variole du singe.

La variole du singe est-elle contagieuse ? Oui, elle l’est ! Le virus contamine l’air ambiant ainsi que tout objet qu’un animal préalablement infecté aura touché : son pelage, sa fourrure ou même son urine… Les premiers signes sont généralement invisibles à l’œil nu : fièvre élevée, toux et perte d’appétit chez un sujet non immunisé. Dans ce cas, il faut se rendre immédiatement chez le vétérinaire pour recevoir un traitement ad hoc. Si le patient n’est pas traité rapidement après avoir été exposé au virus, il risque alors de développer des symptômes graves voir mortels

La variole du singe est une maladie contagieuse

Dans un premier temps, il est nécessaire de comprendre ce qu’est la variole du singe.

La maladie se manifeste chez l’homme sous forme d’acné généralisée et d’infiltrations hormonales. Elle peut également être transmise par le biais des contacts directs avec les primates infectés. De plus, elle est transmissible à l’être humain par le biais d’un contact direct avec une surface souillée par la sueur ou les larmes de patients atteints.

Les personnes qui ont déjà été en contact avec un patient atteint risquent de contracter cette maladie si elles ne sont pas vaccinées contre la variole du singe. En outre, des moyens de prévention existent pour se protéger contre la variole du singe, afin que toute personne puisse continuer à profiter pleinement des animaux domestiques et sauvages sans avoir à craindre pour sa vie!

La variole du singe peut être transmise par contact direct avec les fluides corporels d’un animal infecté

C’est une maladie virale très contagieuse, causée par un paramyxovirus (le virus de la variole).

Les primates sont les plus vulnérables aux infections à ce virus.

Il est donc conseillé d’éviter toute exposition à la variole du singe si vous souhaitez réduire le risque d’infection.

La transmission se fait par contact direct avec les fluides corporels des animaux infectés.

Le virus de la variole du singe est hautement transmissible et peut survivre sur les surfaces et objets environnants pendant au moins 5 jours, cependant, il ne peut pas être transmis si l’on porte nos mains à notre bouche ou que l’on tousse ou éternue sur un objet contaminé.

La variole du singe peut être transmise par contact indirect avec les surfaces contaminées par les fluides corporels d’un animal infecté

Il est facile de confondre cette maladie avec d’autres car il existe plusieurs présentations cliniques. Par exemple, la variole du singe n’est pas une infection des voies respiratoires et ne cause pas de pneumonie. Cependant, elle peut être confondue avec d’autres maladies qui se manifestent par des épidémies ou des pandémies, telles que la grippe aviaire (H5N1), Ebola et le virus Zika. Ces agents pathogènes ont en commun d’être transmis à l’homme via les fientes d’oiseaux contaminés ou les animaux infectés. Dans tous les cas, la variole du singe est un virus pouvant être transmis par contact indirect avec les surfaces contaminées par les fluides corporels d’un animal infecté? Si ce type de virus vous intéresse, jetez un œil aux livres suivants :

  • Variole du singe
  • Peste
  • Rage

La variole du singe peut être traitée avec des antibiotiques

Une étude réalisée par des chercheurs de l’université du Michigan aux États-Unis et publiée en mai 2003, a révélé que les antibiotiques peuvent être efficaces pour traiter la variole du singe. En effet, le virus qui cause cette maladie se transmet facilement entre humains et singes.

Le mode de transmission est différent de celui du virus Ebola ou de celui du virus H1N1. Par ailleurs, les antibiotiques sont très efficaces contre ce genre de virus.

Les scientifiques ont constaté que les traitements à base d’antibiotiques ne provoquaient « aucune toxicité ni problème d’efficacité » chez l’homme ou chez l’animal.

Il existe toutefois quelques précautions à prendre pour se protéger contre cette maladie :

  • Porter un masque chirurgical
  • Se laver fréquemment les mains avant toute manipulation d’objets potentiellement contaminés.

La variole du singe peut être prévenue par la vaccination

La variole du singe est une maladie virale qui touche principalement les macaques.

Les singes sont souvent porteurs de virus et peuvent contaminer l’être humain sans pour autant développer la maladie. Par exemple, la grippe aviaire et le virus du SIDA ont été transmis à l’homme par des volailles ou des porcs non vaccinés. La vaccination est un moyen efficace de prévenir cette infection. Elle permet d’immuniser les personnes contre certaines maladies afin qu’elles ne soient pas contaminées par celles-ci.

Le vaccin peut être administré à partir de 3 ans jusqu’à 60 ans, et doit être renouvelé chaque année chez les enfants et tous les 5 ans chez les adultes (y compris chez le personnel en contact avec des personnes infectées). Cependant, il faut savoir que la vaccination n’est pas une solution miracle pour éviter complètement ce type d’infection, car elle ne protège pas contre toutes sortes de virus et bactéries qui circulent sur notre planète. En effet, plusieurs types de vaccins existent sur le marché, dont certains sont conçus spécialement pour la variole du singe (vaccin vivant) alors que d’autres protègent contre d’autres types de virus comme celui du papillomavirus humain (HPV), responsable souvent du cancer des poumons entre autres choses. De même qu’il faut également savoir qu’un grand nombre de personnes ne réagissent pas correctement à la vaccination ou sont simplement immunisés contre ce virus sans même le savoir ! Il existe donc encore trop peu d’individus à risque couvert par un programme complet de vaccination antivariolique destinée aux populations exposé

La variole du singe est une maladie rare en Occident

Non, ce n’est pas vrai.

Il s’agit d’une maladie qui est très répandue dans les pays en voie de développement.

Les singes ont la variole, et il ne faut pas croire que cette maladie est rare en Occident. En effet, elle touche tout type de primates : lémuriens, gibbons et orangs-outangs par exemple.

La variole du singe se manifeste comme une éruption cutanée rouge et enflammée sur le corps de l’animal qui peut être accompagnée d’une fièvre élevée pouvant conduire à la mort de l’individu touché par cette affection. Cependant, contrairement aux idées reçues, les personnes ayant été exposées à des primates atteints par la maladie ne présentent aucun danger pour leur entourage (personnes ou animaux) même si elles viennent à avoir un contact direct avec un singe infecté ! Le virus responsable de cette maladie ne peut survivre plus longtemps qu’un week-end au contact des personnes non contaminés puisque le virus meurt après une exposition prolongée au soleil sans protection solaire. De plus, il n’existe actuellement aucun vaccin contre cette pathologie bien que des recherches soient menées depuis quelques années afin d’en créer un. Par conséquent, les mesures barrières permettant de limiter la propagation du virus sont simples :

  • Se lavrer fréquemment et correctement les mains avec du savon ou une solution hydroalcoolique
  • Éviter tout contact direct ou indirect avec votre animal domestique.

En conclusion, les virus animaux sont des agents infectieux à tropisme généralement respiratoire ou gastro-intestinale. Ils peuvent être aussi à tropisme urinaire ou sexuel. Il y a deux types de virus: les rétrovirus et les virus nus. Les rétrovirus sont capables de se répliquer en utilisant le matériel génétique d’une cellule qu’ils infectent et d’y insérer leur propre matériel génétique; ils ne possèdent pas de membrane nucléaire et sont donc invisibles au microscope électronique. Les virus nus, quant à eux, ont une membrane nucléaire et peuvent donc être vus au microscope optique. Ils peuvent aussi être cultivés en laboratoire et leur génome est décryptable grâce aux techniques modernes (PCR, etc.).