La mémoire du cerveau : comment elle fonctionne

Le cerveau est un organe fascinant, qui a la capacité de stocker des informations et de les retenir. C’est ce qu’on appelle la mémoire.

La zone mémoire est une partie du cerveau qui permet de stocker les informations et de les restituer. Elle se situe dans le lobe temporal, dans la partie supérieure du cerveau.

Il s’agit d’une zone très importante pour notre mémoire car elle permet de stocker des souvenirs et de les restituer. Mais comment fonctionne cette zone ?

cerveau zone mémoire

Le cerveau en 2 minutes : le langage

La mémoire : comment fonctionne-t-elle ?

Le cerveau est composé de plusieurs structures, telles que des cellules nerveuses (les neurones), des tissus (la substance blanche et la substance grise), des vaisseaux sanguins en forme de toile d’araignée (le système circulatoire) et des cavités remplies d’une matière légèrement visqueuse appelée liquide céphalorachidien.

Le cerveau humain est également composé de cent millions de cellules nerveuses, connues sous le nom de neurones, qui constituent les principales unités fonctionnelles du cerveau.

Les neurones sont les cellules qui transmettent les signaux à travers le corps et forment différents types de réseaux tels que le système nerveux central ou le système nerveux périphérique.

La mémoire à court terme : quels sont ses processus ?

La mémoire à court terme est une fonction mentale qui permet de maintenir temporairement en mémoire des informations pendant un très bref laps de temps.

Lorsque vous lisez un mot, c’est le cerveau qui va le stocker dans la mémoire à court terme afin d’être capable de le réutiliser plus tard. Cependant, ce processus ne peut se faire que sur une courte durée et doit être renouvelé à chaque nouvelle lecture.

Il existe 3 sortes de mémoires : – La mémoire épisodique ou sémantique : c’est la plus utilisée par les humains. Elle permet de conserver les souvenirs personnels comme des dates importantes (anniversaires), des noms (de personnes ou d’endroits)… – La mémoire procésseur : elle concerne les informations qui permettent aux individus de résoudre différents problèmes au quotidien (par exemple, pour trouver son chemin quand on est perdu). – La mémoire sensorielle : elle correspond aux informations dont on a besoin pour comprendre et analyser notre environnement. Par exemple, savoir que tel arbre est un marronier, car il contient beaucoup de tanins qui colorent en brun les feuilles mortes au moment de l’automne…

La mémoire à long terme : comment fonctionne-t-elle ?

La mémoire à long terme est un système de stockage et de récupération d’informations sur le long terme. C’est la mémoire qui permet de se souvenir des informations que l’on a apprises.

La mémoire à long terme est un ensemble complexe de zones du cerveau qui sont impliquées dans la mémorisation des informations, notamment grâce aux connexions entre les neurones.

Le cerveau stocke les informations en réalisant des associations entre certains concepts ou certaines images, ce qui lui permet ensuite de retenir les données.

Il n’existe pas une mais plusieurs types de mémoires à long terme, dont :

  • La mémoire épisodique
  • La mémoire sémantique
  • La capacité visuelle

La mémoire épisodique : qu’est-ce que c’est ?

La mémoire épisodique est la mémoire des faits personnels. Elle concerne les souvenirs d’expériences vécues, plutôt que des événements et des expositions antérieurs.

Il s’agit de la mémoire qui se rapporte à l’histoire personnelle, à l’expérience passée.

Les souvenirs d’une expérience personnelle peuvent être stockés dans différentes zones du cerveau; par exemple, le cortex préfrontal et le lobe temporal inférieur sont impliqués dans la formation de la mémoire épisodique.

La même zone du cerveau peut être utilisée pour stocker différents types de souvenirs difficiles à distinguer, tels que les faits personnels et les faits historiques.

Le cerveau utilise donc plusieurs parties pour stocker les souvenirs et il y a une grande partie de notre cerveau qui n’est pas utilisée du tout ou très peu pour stocker nos souvenirs.

La mémoire sémantique : qu’est-ce que c’est ?

Définition de la mémoire sémantique : La mémoire sémantique est une forme de mémoire à long terme qui permet d’enregistrer des informations spécifiques comme les noms, les dates et les concepts.

Les éléments peuvent être stockés individuellement ou en groupes. Cette forme de mémoire permet de se souvenir d’informations sur des objets, des lieux et des personnes. Elle permet aussi de retenir l’information dans le temps sans effort mental.

La plupart du temps, cette forme de mémoire fait appel au langage et aux autres sens pour retenir l’information.

La mise en œuvre de la mémoire sémantique est très importante pour bien réussir sa vie professionnelle et personnelle car elle nous aide à rester concentré sur le travail que l’on doit accomplir au quotidien.

La mémoire procédurale : qu’est-ce que c’est ?

La mémoire procédurale, ou mémoire d’action, est la capacité à se souvenir des actions que l’on fait dans le but de réaliser une tâche. Cette faculté permet aux personnes de se rappeler comment ils sont arrivés à faire une action complexe comme un geste sportif par exemple.

La mémoire procédurale peut être associée à un processus qui est appelé « encodage » et qui consiste à reproduire les informations stockées au niveau du cerveau afin qu’elles puissent être utilisables ultérieurement pour effectuer des actions qui ont été apprises.

Lorsque vous apprenez à faire une action complexe, vous pouvez la répéter plusieurs fois avant qu’elle ne soit automatisée et intègre votre moteur de comportement. Une fois que vous avez acquis cette capacité, il est plus facile pour vous de retenir les informations nouvellement apprises et d’effectuer des tâches complexes en dépit du fait que vous soyez sous pression. En revanche, si ce processus est interrompu après un laps de temps trop court (deux semaines), les performances seront compromises car l’information sera alors très rapidement oubliée.
Cette aptitude peut être améliorée par l’exercice physique, dont la pratique augmentera le renforcement musculaire général et favorisera la plasticité neuronale.
La mise en œuvre pratique d’un entraînement spécialisée permettra donc d’amplifier cette aptitude chez certaines personnes.

La mémoire de travail : comment fonctionne-t-elle ?

Le cerveau est une machine complexe.

Il fait des calculs très rapidement, mais il a également besoin de passer par un processus pour stocker les informations et les utiliser au moment où l’on en a besoin. Ce processus, appelé mémoire de travail, est assez simple : il s’agit d’un espace temporaire dans lequel l’information peut être conservée pendant un certain laps de temps.

Lorsqu’une information est nouvelle, elle est placée dans la mémoire à court terme; lorsque la même information revient, elle sera récupérée par la mémoire à long terme.

La capacité de la mémoire à court terme varie d’une personne à l’autre et dépend principalement du type d’informations que nous traitons quotidiennement (par exemple, certains types sont plus faciles à retenir que d’autres). Cependant, ces facteurs ne sont pas les seuls qui affectent notre capacité à conserver des informations à court terme : notre façon de les organiser joue également un rôle important.

Lorsque vous apprenez quelque chose pour la première fois (comme une langue étrangère), vous le stockez immédiatement en tant qu’information temporairement accessible (dans votre mémoire de travail) pendant un temps limité avant qu’elle ne soit intégrée comme information permanente (en mémoire à long terme).

Votre capacité à stocker des informations en mémoire à court terme dépend donc directement du type d’informations que vous étudiez ou dont vous faites usage au cours de votre journée. Par exemple, si vous apprenez une langue étrangère chaque jour pendant toute votre enfance, votre

La mémoire implicite : comment fonctionne-t-elle ?

Les événements de notre vie nous sont souvent marqués par des souvenirs conscients qui peuvent être facilement rappelés. Cependant, notre mémoire implicite est bien plus puissante que ce que l’on pourrait croire. Nous avons tendance à oublier certains détails et les informations importantes passent inaperçues. Ce type de mémoire est celle qui nous permet de reconnaître un visage, une voix ou un lieu particulier sans que l’on ne se souvienne du nom des personnes concernées. Pourquoi ? Parce qu’elle fonctionne en faisant appel au cortex frontal, qui est le siège de la raison et du contrôle cognitif. Ce type de mémoire implicite a été identifiée en 1970 par le psychologue américain Endel Tulving.

Il a mis à jour le concept d’une autre forme de mémoire : la mémoire implicite.

En conclusion, le cerveau est un organe extraordinaire. Il possède une zone mémoire extrêmement développée. C’est pourquoi il est important de l’entretenir.