La médecine judiciaire au service de la justice

La médecine judiciaire est une spécialité médicale qui consiste à examiner et à soigner les personnes soupçonnées d’avoir commis un crime ou un délit. En fait, c’est une branche de la médecine légale. Elle se base sur des techniques particulières pour établir le diagnostic et le traitement des maladies. Cette discipline a été créée en France, il y a plus de 200 ans. Elle est utilisée dans le cadre d’enquêtes policières ou judiciaires.

Consultation de médecine esthétique pour le rajeunissement global du visage

La médecine légale

La médecine légale est une discipline à part entière qui a pour but de déterminer la cause et la nature d’une mort suspecte.

La médecine légale peut être utilisée en cas de meurtre ou d’accident. Elle ne concerne pas les personnes décédées de manière naturelle, comme le suicide. Cette discipline s’occupe des corps sans vie et étudie les causes du décès, elle peut procéder à des analyses ADN afin de confirmer un crime ou identifier un cadavre éventuellement volé ou encore dissimulé par son propriétaire.

Le médecin légiste intervient sur tous types de scène de crime : accident, homicide, suicide… Lorsqu’un corps est retrouvé sans vie il s’agit d’une autopsie, cela permet de comprendre les raisons du décès (mort naturelle ou non) et également d’obtenir des informations sur les circonstances du drame.

Les moyens humains et matériels mis en œuvre ne sont pas toujours suffisants pour garantir une enquête efficace. Par conséquent il arrive que certains corps soient retrouvés plusieurs semaines voire plusieurs mois après leur disparition . Dans ce cas-là on parlera plutôt d’examen post-mortem.

Les causes de la mort en médecine légale

En médecine légale, la mort peut survenir à tout moment. Cependant, selon le type de mort et sa cause, elle peut être définie comme un homicide ou une mort naturelle. Pour les morts dites naturelles, il s’agit d’un décès qui n’est pas accidentel et dont la cause n’est pas identifiée. Quelle que soit la cause du décès, le corps doit être examiné par un médecin légiste avant toute autopsie et enregistrement au registre des causes de mortalité ou de disparition.

Le médecin légiste procède également à une recherche des pathologies antérieures ou concomitantes à un décès suspect.

La reconstruction des os en médecine légale

La médecine légale est une spécialité de la médecine qui s’intéresse aux différentes techniques et procédés permettant d’apporter des preuves à un crime ou un délit. Elle peut être divisée en deux branches :

  • la médecine légale judiciaire, qui a pour but de recueillir des informations sur les causes du décès, et notamment de pouvoir établir le caractère suspect d’un décès;
  • la médecine légale scientifique, destinée à appréhender la vie d’une personne dont le corps a été retrouvée.

L’analyse des tissus en médecine légale

La médecine légale est une science qui se penche sur les preuves de la mort, à savoir le moment où la mort s’est produite. Cela implique que la médecine légale peut être utilisée pour établir des causes de décès et rechercher des personnes disparues.

Les experts en médecine légale ont besoin d’indices pour arriver à ces conclusions. Ces indices peuvent provenir de différentes sources : corps humain, vêtements, objets personnels ou encore empreintes digitales trouvés sur le lieu du crime. Certains tissus présentent un intérêt particulier pour les experts en médecine légale, notamment ceux qui proviennent du corps humain et qui ne peuvent pas être retrouvés autrement que par leur analyse.

Lorsqu’une scène de crime est examinée par un expert en médecine légale, il examine minutieusement le corps afin d’analyser divers indices tels que des tissus et des cheveux ainsi que les blessures potentiellement causées par du sang. De nombreuses preuves génétiques comme des bactéries sont également étudiés afin d’apporter une réponse aux questions posées par cette affaire criminelle.

Les experts en métallurgie travaillant au sein du laboratoire d’analyse judiciaire de Paris analysent également les cheveux présents sur la scène du crime afin d’y trouver des traces ADN non présents sur certains cheveux ordinaires pouvant avoir était transférés depuis un suspect ou un autre individu ayant pu entrer en contact avec le corps.

L’analyse des fluides en médecine légale

La médecine légale est la spécialité médicale dont le but est de participer à l’identification et à l’analyse des causes du décès et d’apporter un éclairage sur les circonstances de celui-ci.

Lorsque la mort survient en dehors d’un cadre médical, il faut faire appel aux services d’un médecin légiste.

La plupart du temps, ces professionnels sont amenés à examiner le corps de la victime pour établir un diagnostic ou tenter de déterminer les circonstances du décès. Pour ce faire, ils utilisent diverses techniques scientifiques qui permettent d’analyser les différents fluides corporels (sang, urine, liquide gastrique…), tout comme les objets trouvés sur les lieux du crime (principalement des empreintes génétiques). Ce domaine comprend plusieurs spécialités :

  • Les analyses biologiques
  • La toxicologie : analyse des substances chimiques présentes dans le sang après une absorption accidentelle ou volontaire
  • La thanatologie : étude des causes et circonstances du décès

Cette discipline fait souvent intervenir trois types de personnes :

    • Le médecin légiste
    • L’expert judiciaire

L’imagerie médicale en médecine légale

La médecine légale est une spécialité médicale qui s’intéresse à la recherche des causes de la mort, dans le but de déterminer les circonstances et les causes du décès. Elle participe ainsi à l’identification des victimes et peut également contribuer au rapprochement d’affaires criminelles en recherchant des traces biologiques ou physiques sur ces personnes.

Le terme « médecine légale » fait référence à un ensemble de techniques médico-légales utilisables pour analyser les corps afin d’en extraire des indices utiles aux enquêteurs (identification, profilage ADN …).

Les experts en médecine légale doivent donc faire preuve d’une rigueur scientifique et technique irréprochable pour être le plus efficace possible.

L’imagerie médicale joue un rôle essentiel dans ce domaine grâce à sa capacité à obtenir des images du corps humain (visage, crâne…), pouvant être exploitée par différents types de techniques :

  • L’examen macroscopique au microscope
  • La radiographie
  • L’imagerie par résonance magnétique
  • L’examen anatomopathologique

La médecine légale et la criminologie

La médecine légale est une discipline qui s’intéresse aux traces physiques et biologiques retrouvées sur un corps humain. Elle a pour objectif de détecter des traces d’un acte criminel ou d’un crime, afin de les révéler à la justice.

La criminalistique est une branche de la médecine légale dont le but est de révéler par toutes les techniques possibles (techniques scientifiques, techniques balistiques, techniques informatiques…) des preuves matérielles du crime.

Il existe différents types de criminalistique :

  • La toxicologie, qui étudie les traces chimiques pouvant être déposée sur un corps humain.
  • L’anthropologie judiciaire, qui étudie les traces génétiques pouvant être déposée sur un corps humain.
  • L’identité judiciaire, qui se focalise sur l’identification physique et biologique.

La médecine légale et la psychologie

La médecine légale est une branche de la médecine qui concerne le diagnostic et le traitement des maladies et des blessures.

La médecine légale a pour but d’aider les autorités à comprendre les causes du décès ou de la blessure, afin de pouvoir résoudre rapidement un crime ou identifier les coupables.

La psychologie quant à elle, s’intéresse aux facteurs humains tels que la personnalité, les attitudes et la perception face au stress.

Lorsqu’un individu subit une perte importante dans sa vie, il est parfois nécessaire d’avoir recours à une aide extérieure pour faire face au choc émotionnel liée à cette situation.

Les services proposés par un psychologue sont souvent utilisés en complémentarité avec ceux fournis par un psychiatre.

Le psychiatre va diagnostiquer une pathologie mentale chez son patient alors que le psychologue va se concentrer sur son bien-être psychique.

Lorsqu’un individu subit un choc émotionnel suite à un décès ou autre situation grave, il peut être nécessaire d’avoir recours aux services d’un spécialiste en psychologie afin de faire face au choc émotionnel causée par cette situation grave.

Pour conclure, la médecine judiciaire est très utile pour les personnes accusées d’infractions graves. Elle est également pratiquée en cas de décès suspect. Mais elle ne doit pas être utilisée à tort et à travers, comme c’est le cas actuellement.