La médecine en Roumanie : une médecine moderne à la portée de tous !

La Roumanie est un pays d’Europe centrale, situé entre l’Oural et la mer Noire. Elle partage ses frontières avec l’Ukraine au nord-est, la Moldavie à l’est, la Serbie et la Hongrie au sud-est, la Bulgarie et la Turquie au sud, la Grèce et la Macédoine du Nord à l’ouest. Sa capitale est Bucarest.

La Roumanie est membre de l’Union européenne depuis 2007.

La médecine en Roumanie : spécialités, éducation, recherche

La Roumanie est à l’heure actuelle un pays où le nombre d’étudiants étrangers a considérablement augmenté. En effet, avec plus de 40 000 étudiants recensés en 2016, c’est la première destination choisie par les jeunes français souhaitant poursuivre leurs études hors de l’Hexagone.

La médecine roumaine fait partie des spécialités qui attirent le plus.

Le modèle traditionnel de formation et de pratique de la médecine reste marqué par une approche classique qui privilégie la théorie et les sciences humaines. Cependant, il existe aujourd’hui des structures permettant aux étudiants d’obtenir une formation complète et performante tant sur le plan technique que celui du savoir-faire clinique.

Les universités roumaines proposent des programmes complets, alliant à la fois apprentissage théorique et pratique (stages).

La Roumanie dispose également d’un système de santé performant qui offre aux patients un accueil personnalisé au sein d’une structure moderne tout en restant très accessible financièrement. Si vous êtes intéressés par ce type d’investissement, nous vous invitons à contacter nos experts afin qu’ils répondent à toutes vos questions concernant l’achat en Roumanie.

  • Pourquoi investir en Roumanie?
  • Les différentes spécialités mises à votre disposition
  • L’accueil personnalisée au sein des structures hospitalières

La médecine traditionnelle roumaine

La médecine roumaine est une véritable source d’inspiration. En effet, cette médecine traditionnelle est basée sur l’utilisation des plantes et de l’homme. Cette médecine peut être utilisée pour soigner différents types de maladies, notamment les maladies courantes telles que la grippe, le rhume ou encore la toux.

La principale caractéristique de cette médecine, c’est qu’elle ne nécessite pas d’injections et qu’elle est moins coûteuse que la médecine moderne. Par ailleurs, elle peut être pratiquée à domicile par un(e) herboriste expériment(e).

Lorsque vous achetez un produit qui contient des plantes, assurez-vous qu’il soit conforme aux normes européennes en vigueur. Pour ceux qui souhaitent se lancer dans la production de produits à base de plantes afin de pouvoir les vendre ensuite sur le marché local ou international, il faut savoir que certaines conditions doivent être remplies avant toute opération commerciale.

Il s’agit principalement du stockage des matières premières et du respect des normes sanitaires en vigueur. De plus, il est important que vous fassiez appel à une personne ayant suivi une formation spécifique pour assurer la qualité du produit fini.

  • Les éléments à prendre en compte
  • Le bon emballage
  • Une bonne conservation

La santé en Roumanie : statistiques, défis, programmes

La Roumanie est un pays qui compte parmi les plus pauvres en Europe.

La Roumanie souffre d’un grave déficit de soins de santé, et ce depuis la chute du régime communiste en 1989. Depuis lors, le pays a connu une importante baisse des dépenses publiques et donc des investissements dans le secteur de la santé. En outre, il existe peu de programmes ciblés pour promouvoir la prévention et les mesures préventives.

L’accès aux moyens de contraception est limité et le nombre de centres de planning familial est très faible.

Les services sociaux ne sont pas à la hauteur des besoins des citoyens roumains.

Le système judiciaire accuse également un retard considérable : seuls 3% des affaires ont été résolues en 2011 ; 90% des affaires civiles restent non résolues pendant plus d’un an ; le taux de condamnation pour crime demeure faible (moins de 5%). Enfin, les infrastructures hospitalières se caractérisent par un manque d’investissement chronique.

Le nombre actuel d’hôpitaux publics diminue rapidement et il faut construire chaque année 200 nouveaux hôpitaux publics au lieu des 1 500 que comportait l’ancien plan quinquennal (2000-2004). Plus généralement, on observe une forte augmentation du coût des matières premières utilisables dans les hôpitaux publics : électricité, eau courante ou encore produits pharmaceutiques constituent une part croissante du budget allouée aux soins hospitaliers publics.

La roumanophobie en médecine

La roumanophobie est définie comme la peur de la Roumanie. C’est un phénomène qui est apparu dans les années 1990, lorsque le pays a été confronté à des troubles politiques et économiques. Aujourd’hui, cette peur est souvent liée aux mauvaises expériences vécues par certains voyageurs en Roumanie.

Les clichés sur la Roumanie sont nombreux : le pays serait très pauvre, il y aurait beaucoup de mendiants, les routes seraient très sales et dangereuses… Tous ces préjugés ont une influence sur les mentalités et donnent naissance à de nombreuses formes de racisme.

La roumanophobie affecte aussi bien les personnes qui ne connaissent pas ce pays que celles qui y habitent depuis longtemps.

La roumanophobie reste plus ou moins vivace en fonction des différentes régions du monde où elle se trouve. Par exemple, elle est plus importante dans le Sud-Est asiatique qu’en Europe occidentale.

La place des Romani dans la médecine roumaine

La Roumanie a toujours été considérée comme une terre d’accueil pour les Roms. Cependant, ces dernières années, la situation des Roms s’est aggravée en raison de l’augmentation du chômage et de la pauvreté. De nombreux Roms se retrouvent ainsi à devoir travailler illégalement ou dans des conditions déplorables.

La Roumanie est le pays européen qui compte le plus grand nombre de Roms parmi sa population, soit environ 1% de la population totale.

Les autorités roumaines ont donc déployé beaucoup d’efforts afin d’apporter une aide aux Roms. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer leur condition de vie et mener une vie digne.

L’avortement en Roumanie : législation, débat public, pratiques

L’avortement en Roumanie est un sujet très controversé.

Le débat sur l’avortement a été relancé en Roumanie depuis quelques années, dans un contexte politique tendu.

La loi sur l’avortement en Roumanie a été modifiée plusieurs fois et le débat public a pris de l’ampleur à partir de 2007. En effet, une des premières modifications a eu lieu en 2007, qui donnait aux femmes le droit de se faire avorter sans que cela soit considéré comme un crime si la grossesse résulte d’un viol ou d’un inceste. Cette modification a suscité des protestations et des manifestations, notamment parce que les moyens pour obtenir une interruption volontaire de grossesse étaient encore trop difficiles à trouver pour les femmes.

Les autorités roumaines ont alors promis une réforme du système d’accès à l’avortement afin de rendre plus facile son accès aux femmes roumaines. Un an après cette promesse, une nouvelle loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est entrée en vigueur : elle permet aux femmes d’accéder librement à l’IVG jusqu’à 12 semaines après le début de la grossesse et rend obligatoire la consultation préalable d’un centre médical pour pouvoir bénéficier gratuitement du traitement IVG.

  • En quoi consiste exactement la loi sur l’interruption volontaire de grossesse ?
  • Quels sont les avantages et inconvénients liés au texte actuel ?

La contraception en Roumanie : législation, débat public, pratiques

La contraception est un sujet de débat public en Roumanie depuis quelques années.

La législation roumaine actuelle permet à tous les citoyens d’accéder gratuitement aux moyens de contraception. Mais, on sait que les jeunes femmes ne sont pas toujours conscientes de leur droit et se retrouvent souvent dans des situations délicates lorsqu’elles désirent un avortement. Cela est notamment lié au fait que cet acte n’est toujours pas remboursé par la Sécurité sociale et que beaucoup de cliniques refusent de pratiquer des IVG.

La lutte contre le VIH/SIDA en Roumanie : programmes, statistiques, difficultés

La lutte contre le VIH/SIDA en Roumanie est un défi de taille qui ne peut être relevé que par la mobilisation de tous les acteurs, y compris les médias. Ces derniers ont pour rôle d’informer, d’éduquer et surtout de sensibiliser la population à ce fléau.

Les campagnes publicitaires sont également nécessaires afin que chacun puisse prendre conscience des risques encourus et adopter les mesures préventives adéquates.

La Roumanie a connu une forte progression du nombre de personnes vivant avec le VIH/SIDA durant ces 10 dernières années. En 2001, on estimait à plus d’un million le nombre de personnes atteintes par cette maladie mortelle en Roumanie. Dans ce pays, la majorité des personnes touchées par le virus se trouve en milieu rural où l’accès aux services sociaux est limité. Cependant, il faut noter que l’impact du virus sur la vie sociale et familiale reste faible au regard des autres pays européens.

Il faut savoir que la Roumanie compte un nombre important de réfugiés provenant notamment des pays voisins comme la Moldavie ou encore l’Ukraine où le virus fait part intégrante du quotidien. Malheureusement, il existe encore une grande vulnérabilité chez certains groupes socio-professionnels comme les homosexuels ou bien les prostitués qui sont particulièrement exposés au Sida et qui représentent entre 15% et 20% du total des porteurs du virus dans ce pays

Histoire de la médecine Partie 1 (Antiquité) – UPH #9

En conclusion, le médecin roumain est un docteur en médecine qui a étudié la médecine à l’université de Bucarest. Cependant, il n’est pas un docteur en médecine au sens occidental du terme. Il est généralement diplômé de la faculté de sciences pharmaceutiques. Le docteur roumain exerce souvent comme spécialiste dans une clinique privée ou dans des hôpitaux publics.