Infarctus : définition, symptômes, causes, traitements et prévention

L’infarctus est une des pathologies cardiaques les plus fréquentes et redoutables. Seul diagnostic possible aussi terrifiant qu’urgent, il doit être pris en charge le plus rapidement possible pour éviter les séquelles irréversibles et sauver la vie du patient. Comme toute maladie, elle doit être connue par chacun afin de pouvoir la reconnaître à temps mais aussi la prévenir.

Qu’est-ce qu’un infarctus ?

Selon le Wiktionnaire, « un infarctus est une nécrose tissulaire provoquée par une obstruction des vaisseaux sanguins qui irriguent un organe ». Dans le cas d’un infarctus du myocarde, cette nécrose est causée par une obstruction des artères coronaires qui irrigue le cœur. Autrement dit, l’infarctus du myocarde consiste en une crise cardiaque provoquée par l’arrêt de la circulation sanguine dans le muscle cardiaque.

Selon le Wikipédia, l’infarctus concerne chaque année 6 millions de personnes dans le monde, et est la cause principale de mortalité chez l’homme. Les principaux facteurs de risque sont : le tabagisme, le diabète, les troubles métaboliques ou encore un stress artériel trop élevé.

Comment reconnaître un infarctus ?

Les symptômes les plus fréquents sont une douleur thoracique, une sensation d’étouffement ou encore une difficulté à respirer. La douleur peut être sous forme de pression ou de déchirement dans la partie haute du ventre et se propager dans le bras gauche voire le cou et le dos. Elle dure généralement plusieurs minutes mais peut s’interrompre et reprendre à plusieurs reprises.

D’autres signes peuvent être présents tels que des palpitations ou des étourdissements, une transpiration, une hyperventilation ou encore des vomissements et une sensation de malaise général.

Quel traitement pour un infarctus ?

Le traitement contre l’infarctus se fait prioritairement par voie médicamenteuse avec l’administration rapide d’anticoagulants (aspirine + antiagrégants plaquettaires) puis par voie chirurgicale si l’injection de médicaments n’a pas eu suffisamment d’efficacité. Les interventions chirurgicales les plus courantes sont le FFC (fibrinolyse fractionnée complète), le pontage coronaire et l’angioplastie coronaire au ballonnet. En cas d’hypertension drépanocytaire ou splénique, un traitement spécifique peut également être prescrit.

Quelle prévention contre l’infarctus ?

Pour prévenir l’infarctus, les patients doivent adopter de bonnes habitudes et consulter régulièrement un cardiologue pour surveiller leur tension et toute autre pathologie cardiovasculaire. Il est important de surveiller son alimentation et d’arrêter de fumer car le tabagisme représente le plus grand facteur de risque. Il est aussi conseillé de faire régulièrement du sport pour rester en forme et maintenir un poids stable.

Avantages du traitement après réduction ELSAN

Le traitement après réduction ELSAN (Early Treatement After Acute Myocardial Infarction) offre plusieurs avantages notamment un temps gagné pour le patient et un cœur sauvé.
Etant donné que l’infarctus est une urgence vitale, il faut absolument réagir immédiatement en fournissant aux patients les informations nécessaires pour arrêter la progression des lésions et réduire la mortalité liée à cette pathologie.
La Fondation ELSAN propose un questionnaire d’auto-diagnostic assez précis pour détecter les symptômes d’un infarctus et agir rapidement.

Conclusion

L’infarctus est une crise cardio-vasculaire très grave qui nécessite une prise en charge urgente en urgence car tout temps perdu peut s’avérer fatal. Il est donc primordial que chaque individu soit conscient des symptômes et des risques d’une crise cardiaque pour être capable de réagir assez rapidement et prévenir ainsi une issue fatale. Une bonne hygiène de vie et un suivi médical régulier peut éviter l’arrivée d’une crise cardiaque et sauver des milliers de vie chaque année.

L’infarctus est une maladie grave qui peut avoir de graves conséquences sur le long terme. Malheureusement, ce n’est pas la seule pathologie à pouvoir s’exprimer sur le long terme et affecter les individus. La pandémie du Covid-19 en est un exemple flagrant, car de plus en plus de personnes souffrent de symptômes persistant des Covid Long même après l’infection initiale.