Chikungunya bouton : les symptômes de cette maladie à ne pas ignorer

Ce virus est transmis par les moustiques et provoque de fortes fièvres.

Il peut être mortel pour les personnes fragiles (bébés, femmes enceintes, personnes âgées).

Le chikungunya est une maladie très contagieuse qui se transmet par des piqûres de moustiques infectés. Elle se manifeste par une forte fièvre, des douleurs articulaires et musculaires et des éruptions cutanées. Cette maladie est présente dans tout l’océan Indien, le Pacifique sud et les Caraïbes.

S04-E02 – Marc Lecuit – Le chikungunya

Les symptômes du chikungunya

Plusieurs maladies sont susceptibles d’être causées par la piqûre d’un moustique anophèle femelle infecté. Parmi celles-ci, il y a le chikungunya, une maladie qui peut être mortelle si elle n’est pas traitée à temps.

Le chikungunya est une infection virale transmise par les piqûres de moustiques du genre Aedes. Cette maladie touche principalement les populations des pays tropicaux et subtropicaux et s’attaque aux personnes dont le système immunitaire est affaibli à cause de divers facteurs, tels que le SIDA ou encore le diabète.

Les symptômes du chikungunya se manifestent dans un premier temps par une fièvre élevée accompagnée de douleurs articulaires intenses au point de rendre impossible les activités quotidiennes telles que manger ou marcher normalement. Dans certains cas, la personne atteinte peut présenter des troubles digestifs tels que vomissements et diarrhées intenses.

Les autres signes qui doivent alerter sont une fatigue intense et persistante ainsi qu’une perte d’appétit importante chez ceux qui souffrent du virus. Bien que cette maladie soit contagieuse, sa transmission ne se fait pas directement entre humains : pour qu’il y ait transmission, il faut qu’il y ait contact entre un sujet infecté et un sujet non infecté (par l’intermédiaire de moustiques). En effet, comme pour la plupart des maladies tropicales dues à des arbovirus (arbovirose), l’infection est transmise par transfert indirect du virus via la piqûre d’insecte vecteur (lorsque celui-ci transmet le virus aux animaux hôtes vertébrés – généralement des mammifères – puis à l’homme).

Les facteurs de risque du chikungunya

Le chikungunya est une maladie transmise par le moustique tigre.

La transmission de la maladie se fait principalement par l’intermédiaire des piqûres de moustiques. En cas d’infection, les manifestations cliniques peuvent être très diverses et sont variables en fonction de la forme du virus (forme aiguë ou chronique) et du système immunitaire de l’individu.

Les symptômes les plus fréquents sont : fièvre élevée, douleurs articulaires, courbatures et fatigue intense.

Lorsque les symptômes apparaissent, il est important d’appeler un médecin afin qu’il vous prodigue les premiers soins adaptés à votre état. Cette maladie peut également avoir des conséquences graves sur la santé si elle n’est pas traitée rapidement.

Il existe différentes mesures préventives pour limiter le risque d’être contaminé :

  • Se protéger contre les piqûres de moustique
  • S’assurer que son lieu d’habitation soit bien aérée.

Les moyens de prévention du chikungunya

Le chikungunya est une maladie virale transmise par le moustique tigre.

Il est présent dans les régions tropicales de la planète, notamment en Afrique et en Asie du Sud-est.

La transmission de cette maladie se fait essentiellement par piqûres de moustiques infectés. Dans certains cas, les personnes atteintes peuvent développer des symptômes sévères : fièvre, douleurs musculaires et articulaires, ganglions… Dans ce cas, il convient de consulter un médecin au plus vite pour éviter que la situation ne s’aggrave. Pour se protéger du chikungunya, il est important de respecter quelques règles simples :

  • Utiliser des produits anti-moustiques
  • Se protéger avec des vêtements longs imprégnés d’anti-moustiques
  • Se coucher sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide

Le traitement du chikungunya

La maladie de Chikungunya est une maladie vectorielle due à un virus transmis par des moustiques.

La transmission du virus s’effectue par la piqûre d’un moustique infecté, qui contient le virus et le transmet à son hôte lorsqu’il mange le sang de ce dernier.

Le symptôme principal de la maladie est une fièvre élevée (supérieure à 38°C) accompagnée de douleurs articulaires et musculaires.

Les symptômes peuvent durer plusieurs semaines ou mois.

Il existe aussi des formes asymptomatiques, c’est-à-dire sans signe clinique apparent. De nombreuses complications peuvent survenir chez les personnes atteintes du chikungunya, notamment des complications neurologiques, rénales ou cardiaques.

La transmission du chikungunya

Le chikungunya est une maladie virale transmise par les moustiques qui peut être mortelle. Elle a été découverte en Afrique de l’Est au début des années 2000. Cette maladie s’est ensuite propagée à d’autres régions du globe, telles que la Réunion et Madagascar. En 2013, cette pathologie a touché plus de 400 000 personnes en Asie.

Les principaux symptômes sont la fièvre, les douleurs articulaires et musculaires intenses et un épuisement important.

Le virus se transmet par la piqûre d’un moustique infecté (Aedes albopictus), qui est le principal vecteur de transmission.

Il existe plusieurs moyens naturels pour se protéger contre les piqûres de moustiques :

  • L’utilisation d’insecticides
  • La pulvérisation d’insecticides sur vous-même, votre famille et votre habitation
  • L’installation de moustiquaires aux fenêtres

Les complications du chikungunya

Le chikungunya est une maladie qui touche de plus en plus de personnes dans le monde.

Les pays tropicaux sont les principales zones touchées par ce virus. Cependant, il n’est pas rare que des personnes infectées se retrouvent en Europe ou en Amérique du Nord.

Le chikungunya a fait son apparition pour la première fois sur le continent européen, et notamment en France, au cours de l’année 2005. En effet, cette maladie s’est propagée sur tout le territoire français à partir du mois d’août 2005. Plusieurs milliers de personnes ont contracté le virus de manière directe ou indirecte lorsqu’elles étaient en contact avec un sujet atteint par la maladie. Selon certaines études, cette pathologie serait liée à une mutation génétique qui favorise sa propagation rapide au sein d’une population humaine donnée.

Le mode de transmission du chikungunya est principalement alimentaire et sexuelle.

Il peut arriver qu’une personne infectée transmette la maladie à ses proches par simple contact rapproché (contact physique). En vue de limiter les risques d’infection, il convient d’appliquer des gestes simples au quotidien :

  • Ne pas sortir aux heures où les températures extérieures sont élevées
  • Se protéger contre les piqûres de moustiques par l’utilisation régulière d’insecticides

Les personnes à risque du chikungunya

Le chikungunya est une maladie virale transmise par un moustique qui peut provoquer de graves douleurs articulaires et musculaires.

Les personnes à risque du chikungunya sont celles qui ne se protègent pas contre les piqûres des moustiques (porteurs du virus) et celles dont le système immunitaire est affaibli, c’est-à-dire les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et ceux atteints d’une maladie chronique ou ayant un système immunitaire affaibli. En période épidémique, il faut éviter certaines activités extérieures comme la randonnée en forêt ou encore la baignade dans des zones infestées.

Il faut également prendre toutes les précautions nécessaires pour se protéger des piqûres de moustiques et utiliser un répulsif adapté.

La mortalité du chikungunya

Depuis le début de l’épidémie en 2006, les autorités sanitaires françaises ont mis en place une stratégie de surveillance et de prise en charge de la maladie qui a permis d’en limiter les impacts en métropole.

Les campagnes de vaccination contre le chikungunya qui se sont succédées depuis 2006 ont permis d’endiguer l’expansion du virus sur le territoire national. Aujourd’hui, seul un quart des malades diagnostiqués au cours des épidémies successives sont hospitalisés et aucun cas grave n’a été recensé. En revanche, la mortalité est importante chez les personnes âgées et plus particulièrement celles atteintes par des formes sévères du virus.

Le chikungunya semble donc être une maladie à faible impact pour la population adulte jeune, ce qui rend difficile toute estimation fiable de son impact global sur la mortalité en France.

Il est cependant possible d’estimer que l’impact global sera faible si on considère que l’ensemble des personnes ayant contractée le virus durant les épidémies antérieures ne souffrent pas actuellement d’une forme grave et que les pertes humaines seront principalement liée aux complications associée à une infection virale ou bactérienne antichikungunya confirmée. Une estimation basse du nombre total de décès peut être obtenue si on considère qu’au moins 20 % des patients hospitalisés durant les épidemies antérieures auraient pu mourir sans recevoir un traitement approprier (les patients décédés avaient générale suite à une complication). Dans ce cas, le nombre total de décès pourrait alors atteindre 500-700 par an. Si cette hypothèse est retenue, il n’y aurait pas lieu

En conclusion, le virus Chikungunya est un virus transmis par les moustiques. Il faut donc éviter de se faire piquer et préférer l’utilisation d’une moustiquaire, d’un répulsif à moustique et d’un anti-moustiques.